Nouvelle-Zélande: un chien abattu à l'aéroport car il empêchait les avions de décoller

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Nouvelle-Zélande: un chien abattu à l'aéroport car il empêchait les avions de décoller

Publié le 21/03/2017 à 13:08 - Mise à jour à 13:30
©Facebook/PETA Australia
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Vendredi l'aéroport d'Auckland, en Nouvelle-Zélande, a annoncé sur Twitter avoir dû tuer un chien-renifleur qui chahutait sur le tarmac et empêchait les avions de décoller.

Grizz était un chien-renifleur de la police néo-zélandaise qui travaillait avec son maître à l'aéroport d'Auckland. Vendredi 17, il a quitté son poste et échappé à sa surveillance.

Il s'est rendu sur le tarmac de l'aéroport et personne n'a réussi à le maîtriser ni à le faire obéir. Pendant trois heures, les autorités néo-zélandaises ont essayé en vain de calmer le chien qui chahutait au milieu des avions.

A cause de Grizz, la sécurité de l'aéroport a dû suspendre tous les atterrissages et décollages. Ainsi, pas moins de seize vols ont été retardés.

Mais la longue course poursuite s'est terminée tragiquement: la sécurité jugeant avoir tout fait pour essayer de maîtriser le chien, a ordonné aux policier de le tuer.

Grizz a donc été abattu d'une balle par un policier. L'aéroport d'Auckland a relayé l'information sur Twitter: "malheureusement un chien de la sécurité de l'air a été tué par balle ce matin. L'équipe de l'aéroport d'Auckland a essayé de l'attraper durant trois heures, nos pensées vont à son propriétaire".

 

L'événement a créé la polémique dans le pays et une journaliste star d'une émission de télévision, Hilary Barry, s'est entre autre étonnée qu'un pistolet tranquillisant n'ai pas été utilisé plutôt que de s'en remettre à une solution si radicale.

Les experts lui ont répondu qu'ils ne disposaient que de très peu de pistolet adaptés. De plus, l'animal en pleine "crise de folie" aurait été difficile à atteindre et la dose de tranquilisant adaptée aurait été dure à déterminer.

Un hashtag a été créé sur Twitter en signe de protestation, #ShameOnAucklandAirport (honte à l'aéroport d'Auckland), et l'association pour la protection animale PETA a aussi réagi à l'événement sur Facebook.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Grizz était un chien-renifleur qui travaillait avec son maître à l'aéroport d'Auckland.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-