"Nuit debout": évacué, le mouvement pourra reprendre ce lundi soir

"Nuit debout": évacué, le mouvement pourra reprendre ce lundi soir

Publié le 11/04/2016 à 09:37 - Mise à jour à 09:52
©Dominique Faget/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Suite à l'évacuation des manifestants de "Nuit debout" place de la République ce lundi matin, une nouvelle déclaration de manifestation a été déposée. Le mouvement pourra donc reprendre dans la soirée.

Le mouvement "Nuit debout" reprendra ce lundi 11 au soir à Paris, une nouvelle déclaration de manifestation ayant été déposée après l'expiration de la précédente qui avait conduit au petit matin à l'évacuation de la place de la République, a-t-on appris de source policière. L'évacuation de ce lundi matin "visait prioritairement à enlever les structures fixes, conformément aux déclarations de manifestation déposées qui prévoyaient un démontage dimanche en fin de soirée", a expliqué à l'AFP la préfecture du police de Paris. Mais selon la source policière, "une nouvelle déclaration de manifestation a été déposée, signifiant que le mouvement pourra reprendre lundi soir". L'évacuation par la police de la centaine de personnes encore présentes a commencé vers 05h30 (03h30 GMT) et s'est déroulée sans incident.

"Les CRS ont encadré la place et nous ont dit qu'il fallait évacuer. Il y avait encore des gens qui dormaient. Ils ont fait le tour des tentes pour dire aux gens de partir. Au fur et a mesure qu'ils avançaient, les services de la Propreté passaient derrière", raconte Leo Joudi, étudiant de 20 ans et "travailleur dans la restauration". "Ça s'est fait plutôt calmement, il n'y a pas eu trop de résistance", ajoute-t-il, en regardant une pelleteuse soulever les structures les plus imposantes et des employés de la Ville de Paris remplir des bennes avec des matelas, des tapis et divers débris.

Une poignées de sympathisants essaient de sauver ce qui peut l'être: quelques palettes, des bâches, des chaises, des fleurs du "jardin citoyen"... "Ça fait du mal de voir ça. Mais on va reconstruire, le mouvement ne peut pas se terminer comme ça", estime Leo Joudi. "Il fallait s'y attendre avec l'autorisation en préfecture qui s'achevait hier (dimanche) soir. Et il y avait eu des pressions politiques pendant le weekend pour demander l'évacuation", ajoute Pascal, 54 ans, un sympathisant venu sur la place en apprenant la nouvelle. "Que les citoyens se réunissent pour réfléchir et discuter, avec des messages de rêve et de solidarité, ça peut rendre le pouvoir un peu fébrile. Mais il y a toujours l'assemblée générale quotidienne prévue à 18h00", assure-t-il.

Chaque nuit depuis la journée de mobilisation du 31 mars contre le projet de réforme contesté du code du travail, des manifestants, souvent par milliers, se retrouvent à République dans le cadre de ce mouvement citoyen qui dépasse largement l'opposition à ce projet de loi. La vaste esplanade draine une foule bigarrée, dont de nombreux jeunes, dans une ambiance de kermesse et de forum altermondialiste, entre stands, réunions de commissions et "assemblées générales". Le mouvement s'est depuis étendu à plusieurs dizaines de villes de province, avec plus ou moins d'affluence.

Des incidents ont toutefois émaillé la "Nuit debout" de Paris dans la nuit de samedi 9 et dimanche 10, lorsque quelques centaines de personnes ont voulu se rendre au domicile du Premier ministre Manuel Valls. Huit personnes ont été interpellées et des dégradations ont été déplorées par les autorités.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le mouvement "Nuit debout" dépasse largement l'opposition à la loi Travail.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-