Oise: il collectionnait et partageait 4.000 images pédopornographiques

Oise: il collectionnait et partageait 4.000 images pédopornographiques

Publié le 22/06/2018 à 17:54 - Mise à jour à 17:55
©Heinrich-Böll-Stiftung/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Jeudi, le tribunal correctionnel de Beauvais jugeait un homme consommateur de pédopornographie depuis une vingtaine d'années. Il avait été identifié par une enquête d'Interpol.

Il consultait depuis une vingtaine d'années des images pédophiles extrêmes, et il transmettait également les clichés à un réseau de pédopornographie. Un homme comparaissait jeudi 21 devant le tribunal correctionnel de Beauvais pour la détention de 4.000 images interdites sur son ordinateur et un disque dur externe.

Cet habitant de la commune de Mouy dans le département de l'Oise a finalement été repéré par une enquête d'Interpol qui l'a identifié comme consommateur des contenus de l'un des plus gros fournisseurs d'images pédophiles.

Les enquêteurs ont découvert ces milliers d'images abjectes montrant des enfants de trois à six ans, torturés, réduits à l'esclavage et abusés sexuellement par des adultes.

Lire aussi - Nord: un chef des urgences interpellé pour détention et partage d'images pédopornographiques

A la barre, l'individu était décrit comme "hébété" selon Le Courrier picard qui rapporte l'audience. L'homme a eu cependant une explication très étrange pour évoquerle début de ses penchants pervers: il a commencé à visionner ce type d'image il y a 20 ans, quand son propre frère a été arrêté pour… pédophilie.

"Vous avez répondu à la police que vous n’aviez pas de critères d’âge, j’ai envie de dire en dessous de 10 ans quand même. Il ne faudrait pas qu’elles soient trop âgées" a lancé le procureur pour ironiser sur la défense du prévenu qui évoque seulement sa "curiosité".

L'accusé a été reconnu coupable des faits qui lui étaient reprochés et a été condamné à dix mois de prison avec sursis et une mise à l'épreuve pendant deux ans avec une obligation de soin et l'interdiction d'exercer une activité en contact avec des mineurs.

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'homme détenait et partageait des milliers de photos perverses.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-