Oise: un gendarme se suicide à la caserne de Méru avec son arme

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Oise: un gendarme se suicide à la caserne de Méru avec son arme

Publié le 09/11/2017 à 11:53 - Mise à jour à 12:06
©Martin Le Roy/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un gendarme de la caserne de Méru (dans l'Oise) s'est donné la mort dans la nuit de mardi à mercredi avec une arme personnelle. Le militaire, âgé de 38 ans, était père de deux petites filles. L'association professionnelle nationale des militaires lui a rendu hommage sur Facebook.

Un gendarme du Peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie (Psig) s'est suicidé dans la nuit de mardi 7 à mercredi 8, dans le jardin du logement qu'il occupait à la caserne de Méru dans l'Oise.

Selon Le Parisien, le militaire a utilisé une arme personnelle pour mettre fin à ses jours. Information confirmée par la suite par un porte-parole de la gendarmerie de Picardie: "Il s'est suicidé dans le jardin de son logement dans la caserne. Ce n'était pas avec son arme de service".

L'Association professionnelle nationale des militaires Gendarmes et Citoyens (APNM) lui a rendu hommage sur Facebook, révélant par la même occasion son identité et son âge, ainsi que sa situation familiale: "Nous apprenons avec une grande tristesse le décès du Gendarme Sébastien Bocquet du PSIG de Méru. (…) Âgé de 38 ans, il laisse derrière lui deux jeunes enfants à qui nous pensons tout particulièrement".

Dans la suite du message, l'APNM apporte son soutien à la famille de la victime mais aussi à tous les gendarmes de la caserne de Méru, qui a déjà connu un drame terrible en décembre dernier. Trois jeunes gendarmes, âgés de 18, 25 et 26 ans, avaient en effet perdu la vie dans un grave accident de la route lors d'une patrouille à Berneuil-en-Bray au sud de Beauvais.

Ces derniers mois, les militaires de l'opération Sentinelle avaient aussi fait face à la perte de l'un des leurs. Mi-septembre, un jeune homme de 24 ans, en poste dans la vallée de la Roya dans les Alpes Maritimes, près de la frontière franco-italienne, s'était donné la mort avec son fusil d'assaut Famas.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Sébastien Bocquet, gendarme dans l'Oise, s'est suicidé mardi dans le jardin de son logement de fonction à la caserne de Méru.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-