Osny: un détenu radicalisé agresse deux surveillants de prison avec une arme artisanale

Osny: un détenu radicalisé agresse deux surveillants de prison avec une arme artisanale

Publié le 05/09/2016 à 10:41 - Mise à jour à 10:46
©Francois Mori/AP/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Alors qu'il était en promenade, un détenu radicalisé a agressé dimanche deux surveillants de prison à la maison d'arrêt d'Osny dans le Val-d'Oise. Rapidement maîtrisé, il a été immédiatement placé en garde à vue pour tentative d'homicide volontaire.

Le pire a été évité. Un détenu radicalisé a agressé, dimanche 4 après-midi, deux surveillants de prison avec une arme artisanale à la maison d'arrêt d'Osny dans le Val-d'Oise. "Lors du départ en promenade, le détenu a agressé avec une arme artisanale le surveillant venu le chercher", a écrit le ministère de la Justice dans un communiqué, précisant qu'un second surveillant, "posté à l'entrée de la cour de promenade, est aussitôt venu secourir son collègue et a lui aussi été blessé".

Les deux agents sont parvenus à s'enfuir tandis que le prévenu a été rapidement maîtrisé par les unités d'intervention de l'Administration pénitentiaire (ERIS) grâce à une arme non létale (balle en caoutchouc). Il a immédiatement été placé en garde à vue pour tentative d'homicide volontaire. Quant aux surveillants blessés, ils sont hors de danger mais ont tout de même été transportés à l'hôpital. L'un deux a été touché au thorax et à la gorge, l'autre au bras. 

Dans son communiqué, le ministère de l'Intérieur a indiqué que le garde des Sceaux, Jean-Jacques Urvoas, s'est entretenu avec eux et a salué "le sang-froid et le professionnalisme des surveillants et de l'ensemble du personnel de l'administration pénitentiaire" les remerciant "de leur contribution à la sécurité du pays". La maison d'arrêt d'Osny a été ouverte en 1990. Elle compte 579 places et 916 détenus au 1er août 2016. Une unité de prévention de radicalisation, qui accueille actuellement 18 détenus (tous en cellule individuelle), a été ouverte le 25 janvier 2016.

Ce n'est pas la première fois ces dernières semaines qu'une agression a lieu en prison. Début août dernier, un détenu avait donné des coups de poings sur deux agents au centre de détention de Val-de-Reuil. L'un d'eux en avait reçu au visage, lui déchaussant plusieurs dents. Le deuxième avait été frappé au niveau de la tempe, de la bouche et sur le haut du corps.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




A la maison d'arrêt d'Osny dans le Val-d'Oise, deux surveillants ont été agressés et blessés par un détenu radicalisé qui s'en est pris à eux avec une arme artisanale.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-