"Parfois, un bon coup de cyanure et paf!": un médecin de Cherbourg risque la radiation pour ses propos extrêmes sur les handicapés

"Parfois, un bon coup de cyanure et paf!": un médecin de Cherbourg risque la radiation pour ses propos extrêmes sur les handicapés

Publié le 26/06/2017 à 19:17 - Mise à jour à 19:48
©Philippe Huguen/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un médecin de Cherbourg comparaissait samedi devant un organisme disciplinaire de sa profession pour des propos tenus à une infirmière en janvier. Il expliquait que le régime nazi avait su se débarrasser des handicapés "qui ne servaient à rien dans la société" et qu'il ne s'opposait pas personnellement à la possibilité de stériliser, voire pire, cette population

Il revendique, en partie du moins, devant la chambre disciplinaire de l'ordre régional des médecins de Basse-Normandie ses propos qui pourraient lui valoir une lourde sanction. Samedi 24 devant l'organisme disciplinaire basé à Caen, un médecin devait s'expliquer sur des propos qu'il a tenu quelques mois plus tôt et qui laissaient entendre que le praticien était favorable à la stérilisation des handicapés, voire même à leur euthanasie.

Le 21 janvier dernier, ce généraliste membre de SOS Médecins à Cherbourg attend aux côtés d'une infirmière l'arrivée d'une ambulance devant prendre en charge un parient lourdement handicapé. C'est là qu'il va se laisser aller à des confidences plutôt surprenantes. Il explique en effet que les "neuneus" qui, sous le régime nazi, ont servi de cobayes pour des expériences médicales "ont été utiles", et que ceux qui ont été mis à  mort dans les premières phases de la solution finale étaient "les individus qui ne servaient à rien dans la société". Il assure à l'infirmière que "si on parle de façon intellectuelle, c'est logique". Il explique également ne pas comprendre qu'on laisse les handicapés "se reproduire" précisant: "Parfois, un bon coup de cyanure et paf!". L'infirmière alerte alors sa hiérarchie.

Devant l'ordre régional, le médecin ne nie pas ses propos, expliquant seulement qu'il s'agit de paroles "cyniques, désabusées et philosophiques" qui en outre été proférées "dans un cadre privé". Il assure aussi que l'infirmière n'a sans doute pas compris la portée "philosophique" de ses propos. Sans se réclamer clairement de l'eugénisme, il a déploré une absence de mesures en ce sens qui aboutit à maintenir des "générations entières de personnes sous tutelle ou curatelle". Le verdict de l'organisme disciplinaire sera connu dans moins d'un mois.   

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le médecin a assumé devant ses pairs ses propos, cherchant seulement à les relativiser.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-