Paris: des policiers interviennent pour désarmer un homme dans la rue, il s'agit de l'un de leurs collègues

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Paris: des policiers interviennent pour désarmer un homme dans la rue, il s'agit de l'un de leurs collègues

Publié le 23/06/2017 à 13:04 - Mise à jour à 13:12
©Bohac Yann/Sipa
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

A Paris, jeudi, des hommes de la Brigade anti-criminalité sont intervenus pour désarmer un individu qui portait une arme à sa ceinture. Il s'agissait d'un autre policier. Intervenant le plus souvent en cagoule, le "suspect" avait un visage inconnu de ses collègues.

Dans le jargon policier, on appelle cela une "bavure". Et si celle-ci n'a pas provoqué de blessures, elle demeure quelque peu embarrassante. Des policiers de la Brigade anti-criminalité (la BAC) sont intervenus pour désarmer un homme jeudi 22. Après l'avoir maîtrisé, il s'est avéré que le suspect en question… était un autre policier.

Les faits se déroulent en plein après-midi dans le XIIe arrondissement de Paris. Un passant appelle la police signalant un homme qui marche dans la rue portant à la ceinture une arme de poing. Ni une, ni deux, les hommes de la BAC interviennent en pleine voie publique. Ils se jettent sur l'individu, le ceinturent, et lui subtilisent son arme. Le suspect n'oppose aucune résistance face à l'intervention policière. Et pour cause: il est également policier.

Il s'agissait en effet d'un homme de la Brigade de recherche et d'intervention, en l'occurrence son médecin chef. Une fois désarmé, calmement, l'homme a pu justifier de son état et de son autorisation de porter officiellement une arme. Les choses sont rentrées dans l'ordre malgré leur caractère embarrassant.

Pour essayer de comprendre la nature de la "boulette", les policiers se sont justifiés en expliquant que le visage du médecin chef de la BRI n'était pas connu des hommes de la BAC puisque les hommes de la BRI interviennent le plus souvent avec une cagoule sur le visage. Ce qui fait dire dans les pages du quotidien Le Parisien à un policier, a priori sur le ton de l'humour: "S'il avait porté sa cagoule de la BRI, les collègues l'auraient sans doute reconnu".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Les hommes de la BAC n'ont pas reconnu leur collègue.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-