Covid-19 : Il finit au poste parce qu'il mangeait un pain au chocolat, masque baissé

Covid-19 : Il finit au poste parce qu'il mangeait un pain au chocolat, masque baissé

Publié le 10/09/2020 à 11:40 - Mise à jour à 11:44
© PHILIPPE DESMAZES / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Un Parisien de 37 ans a été embarqué au commissariat lundi alors qu'il terminait de manger son pain au chocolat.

L’anecdote est drôle, mais elle est aussi, et surtout, révélatrice du climat de tension qui règne à Paris, comme ailleurs en France. Un homme de 37 ans a commencé sa semaine de travail au poste de police lundi. Son tort ? Avoir baissé son masque pour manger un pain au chocolat sur le chemin du bureau.

A peine avait-il terminé sa viennoiserie, et alors qu’il s’approchait d’une poubelle pour en jeter l’emballage, raconte BFMTV, il croise la route d’un policier. « Il n’a pas voulu du tout comprendre, j’avais encore le papier du pain au chocolat, j’étais en train de mâchouiller. J’avais le masque juste baissé. Quand j’ai vu qu’il allait me verbaliser, je lui ai dit ‘’Mais vous êtes fou !’’ » Une exclamation que l’agent de police n’apprécie pas : « Moi, on ne me traite pas de fou », rétorque-t-il, avant de lui ordonner de monter dans la voiture de police, qui prend la direction du commissariat. Selon l’amateur de chocolatine, le véhicule remonte alors la rue toutes sirènes hurlantes, en sens interdit et à tout allure. « Je savais que c’était disproportionné. »

David passe cependant une dizaine de minutes au commissariat avant d’être autorisé à repartir et donc à se rendre à son travail. Non sans s’être vu signifié qu’il pourrait écoper d’une contravention de 135€ pour non-port du masque et de 68€ pour outrage. « C’est triste et drôle à la fois », commente-t-il, jugeant cependant ne pas avoir agi de manière irresponsable : « Je m’étais décalé du trottoir, donc je n’étais pas en contact avec d’autres personnes. »

Si le port du masque est obligatoire depuis le 28 août dans toutes les rues de Paris, la préfecture de Paris avait pourtant annoncé qu’il n’était pas question de verbaliser les personnes en train de manger ou de boire dans l’espace public. Une question de « discernement », avaient souligné les autorités.

A lire aussi : Comment le coronavirus pousse les municipalités à repenser l'espace public ?

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'homme emmené au poste mangeait un pain au chocolat, masque baissé (photo d'illustration)

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-