Paris: ils avaient squatté l'immeuble vide, un promoteur demande 2,7 millions à l'association Droit au logement et au collectif Jeudi noir

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Paris: ils avaient squatté l'immeuble vide, un promoteur demande 2,7 millions à l'association Droit au logement et au collectif Jeudi noir

Publié le 06/03/2017 à 15:43 - Mise à jour à 15:53
©Capture d'écran
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Une association et plusieurs militants qui ont facilité le squat d'un immeuble de bureaux vide en 2012 sont poursuivis devant le TGI de Paris. Le promoteur espagnol qui possédait les murs réclame pas moins de 2,7 millions d'euros.

L'occupation du lieu par des squatteurs était devenue un symbole des problèmes de l'immobilier à Paris. Cinq ans plus tard l'affaire est devant les tribunaux. Un promoteur espagnol poursuit en effet devant le Tribunal de grande instance de Paris l'association Droit au logement (DAL) et deux militants de Jeudi noir pour avoir encouragé l'occupation d'un immeuble de bureaux, vide, de 2012 à 2015.

Le 29 et 30 décembre 2012 en effet, des représentants de ces deux organisations accompagnent une cinquantaine de familles de mal-logés dans ce vaste immeuble de 2.000 mètres carrés dans le Xe arrondissement de Paris, au 2, rue de Valenciennes. Le bâtiment, abritant en théorie des bureaux, est vide depuis 2010.

Le propriétaire, un groupe immobilier espagnol, lance une action en justice, estimant que le lieu n'est pas laissé vacant volontairement, et est réellement en cours d'exploitation. Trois ans de tensions plus tard, c'est la Ville de Paris qui dénoue la situation en rachetant l'immeuble pour 6,5 millions d'euros, pour le transformer en logements sociaux. Un tarif qui avait soulevé quelques polémiques eu égard de la plus-value réalisée ainsi par le promoteur. Ce qui n'a pas empêché ce dernier de poursuivre la procédure. Et de demander une coquette somme: 2,7 millions d'euros, dont 500.000 au titre du "préjudice moral".

"Ce promoteur s’évertue depuis quatre ans à mener ces poursuites pour nous condamner à des sommes extraordinaires" explique l'association Droit au logement. 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le bâtiment était inoccupé depuis 2010.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-