Paris: les migrants du campement des Jardins d'Eole évacués dans le calme

Paris: les migrants du campement des Jardins d'Eole évacués dans le calme

Publié le 06/06/2016 à 08:55 - Mise à jour à 09:08
©Thomas Oliva / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Les migrants installés depuis plusieurs semaines dans le campement des Jardins d'Eole, dans les 18e et 19e arrondissements parisiens ont été évacués dans le calme ce lundi matin. Quelque 1.300 personnes, dont de nombreux Afghans, Soudanais, Somaliens et Erythréens, avaient été recensées au dernier pointage.

Le campement des Jardins d'Eole à Paris, où plus d'un millier de migrants étaient installés depuis plusieurs semaines, a commencé à être évacué dans le calme ce lundi 6 au matin, a constaté une journaliste de l'AFP. Peu après 7 heures, les premiers migrants, des femmes notamment, ont commencé a monter dans les bus qui devaient les emmener dans des centres mobilisés en Ile-de-France. Quelque 1.300 personnes, dont de nombreux Afghans, Soudanais, Somaliens et Erythréens, avaient été recensées au dernier pointage dans ce campement, situé dans les XVIIIe et XIXe arrondissements, dans le nord de la capitale.

L'opération menée par la préfecture de région, la préfecture de police et la Ville de Paris avec le soutien des associations, a été lancée en présence de la ministre du Logement Emmanuelle Cosse. Les CRS mobilisés s'employaient à contenir, derrière un cordon, la pression des migrants qui sortaient un à un du groupe compact pour monter dans les bus. En pleine crise migratoire en Europe, l'évacuation de ce lundi est la 23e opération du genre organisée à Paris depuis juin 2015, selon le décompte de la préfecture de région.

Dès avant 6 heures, les migrants attendaient debout devant le campement de fortune. Le passage d'un premier bus a été salué par des applaudissements et des sifflets. Mohammad dormait ici depuis un mois, il vient d'Afghanistan et dit s'être déjà lancé dans une démarche de demande d'asile. Où va-t-il? "Je ne sais pas, ce sera mieux" qu'ici, a-t-il assuré à l'AFP en montrant les centaines de tentes sur l'esplanade.

Le campement, déjà évacué il y a moins d'un mois avant de se reconstituer, présentait des conditions sanitaires très dégradées. La semaine dernière, Médecins du monde avait fait état de cas de tuberculose, maladie de la grande précarité jusqu'à présent inconnue sur les campements parisiens.

Pour cette opération, une quarantaine de bus ont été mobilisés pour une répartition dans une soixantaine de centres, notamment des gymnases. Les migrants "vont être orientés vers des centres en Ile-de-France. Il faut absolument avoir un système de desserrement national, l'Ile-de-France aura à terme beaucoup de mal à accueillir tout le monde", a indiqué sur place la préfète de Paris Sophie Brocas. Face à l'engorgement actuel, la maire de Paris Anne Hidalgo a annoncé mardi dernier la création prochaine d'un camp humanitaire pour réfugiés dans la capitale, destiné à ouvrir d'ici la fin de l'été.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'opération a été menée par la préfecture de région.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-