Paris: quatre armes à feu ont disparu au commissariat du 13e

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Paris: quatre armes à feu ont disparu au commissariat du 13e

Publié le 28/04/2018 à 10:23 - Mise à jour à 10:24
© FRED TANNEAU / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

L'IGPN tente de retrouver trois Sig Sauer et un pistolet-automatique disparus du commissariat du XIIIe arrondissement de Paris. Il pourrait s'agir d'un vol.Paris; quatre armes à feu ont disparu au commissariat du 13e

L'affaire est prise très au sérieux par les autorités. Quatre armes à feu ont disparu de l'arsenal du commissariat du 13e arrondissement de Paris. Il s'agit de trois pistolets automatiques Sig Sauer et surtout d'un pistolet-mitrailleur Beretta. L'Inspection générale de la police nationale (IGPN), la célèbre "police des polices", a ouvert une enquête.

C’est en réalisant un inventaire du stock d’armes dans les services de la Direction de l’ordre public et de la circulation (DOPC) que les policiers se sont rendus compte de cette disparition rapporte Le Parisien.

En interne, aucune explication n’arrive vraiment à prendre le pas sur une autre et plusieurs hypothèses sont avancées. Les armes auraient par exemple pu être mises en dotation dans un autre service. Une erreur d'enregistrement est également envisagée. Enfin, en interne, personne n'écarte l'hypothèse, beaucoup plus inquiétante, d'un vol. Une piste non écartée alors que le commissariat jouit pourtant d’une protection élevée. Il semble donc difficile d'imaginer qu'une personne extérieure aux lieux ait pu pénétrer à l'intérieur du bâtiment pour voler ces armes et en ressortir sans être inquiétée. Les agents de l'IGPN ont procédé à une fouille minutieuse du commissariat à la recherche d'indices.

Lire aussi - Bobigny: quatre personnes mises en examen, dont une policière et un militaire, pour vol d'armes

En septembre 2017, deux pistolets automatiques avaient disparu des locaux de la direction de la police de Seine-Saint-Denis, à Bobigny. L’enquête de l’IGPN aura conduit quatre personnes, incluant une adjointe de sécurité, à être incarcérées en février dernier pour avoir volé ces armes à la demande de leurs complices.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Trois pistolets automatiques et un pistolet-mitrailleur ont disparu dans un commissariat parisien.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-