Paris: une étudiante de 19 ans a succombé à une méningite de souche W

Paris: une étudiante de 19 ans a succombé à une méningite de souche W

Publié le 28/06/2017 à 20:26 - Mise à jour à 20:28
© PHILIPPE DESMAZES / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Une jeune femme étudiante à l'université américaine de Paris est morte en février dernier d'une méningite W. Un deuxième cas est survenu en mai, déclenchant une campagne de vaccination dans cet établissement.

Une jeune femme de 19 ans, étudiante à l'université américaine de Paris, dans le VIIe arrondissement, est récemment décédée après avoir contracté une méningite de souche W selon une information révélée par Le Parisien ce mercredi 28 au soir.

L'agence régionale de santé Ile-de-France (ARS) a précisé que le cas de cette étudiante avait été repéré en février. Elle serait donc décédée peu de temps après. Sur le même campus, un de ses camarades a également développé la maladie au mois de mai, mais il a pu être soigné et aucun autre cas n'a été signalé depuis.

Suite à cela, près de 200 étudiants et proches des deux malades ont reçu un traitement antibiotique et ont été vaccinés.

En début d'année, deux cas mortels avaient lancé une campagne de vaccinations massive dans un campus universitaire à Dijon. L'ARS avait alors signalé que près de 14.000 étudiants et personnels de la fac avaient bénéficié d'un vaccin. Un dispositif pour atteindre les 30.000 personnes avait ensuite été mis en place.

Les autorités sanitaires avaient également relevé qu'en un mois, près de 2.000 personnes s'étaient fait vacciner par leur médecin traitant dans la région, un chiffre largement supérieur à la moyenne mensuelle de 30 vaccins en période normale.

La France a déjà connu des campagnes de vaccination massives contre la méningite au cours des années 2000, touchant plusieurs centaines de milliers de personnes dans certains départements. Les cas survenus en Bourgogne-Franche-Comté et en région parisienne pourraient relancer la machine.

La méningite, comme son nom l'indique, est une inflammation des méninges, en particulier d'origine infectieuse, se traduisant par de la fièvre, une raideur de la nuque, des maux de tête et des vomissements.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




En début d'année, deux cas mortels avaient lancé une campagne de vaccinations massive dans un campus universitaire à Dijon.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-