Paris: une nouvelle drogue fait des ravages dans les boites de nuit

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Paris: une nouvelle drogue fait des ravages dans les boites de nuit

Publié le 17/04/2018 à 07:45 - Mise à jour à 07:46
©Andrij Bulba/Flickr
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

La préfecture de police et les établissements de nuit de Paris ont alerté lundi sur l'apparition d'une nouvelle drogue chez les jeunes: le GBL, proche du GHB. Celle-ci a déjà produit plusieurs comas, un jeune homme en est d'ailleurs mort.

Le "phénomène est en train de s'étendre" s'est alarmé lundi 16 le préfet de police de Paris, Michel Delpuech, en marge d'une réunion entre la préfecture, les professionnels de la nuit et les autorités sanitaires.

En effet depuis la fin de l'année 2017, tous ont constaté une recrudescence de l'utilisation du GBL. Cette drogue, le gamma-butyrolactone, est très proche du GHB.

A voir aussi: Paris - deux jeunes dans le coma après avoir bu de la drogue

Le GHB est d'ailleurs aussi appelée "la drogue du violeur". Quand au GBL c'est un solvant dont l'usage a été détourné. Cette drogue est donc assez bon marché puisque facile à se procurer.

Seulement, elle a fait de nombreuses victimes en seulement quelques mois: pas mois de dix comas chez des jeunes âgés de 19 à 25 ans ont été recensés .

A la mi-mars, deux jeunes étaient d'ailleurs tombés dans le coma après avoir bu dans ce qu'ils pensaient être une bouteille d'eau. Les faits s'étaient déroulés face à la boite de nuit Le Petit Bain dans le 13e arrondissement de Paris.

Après plusieurs semaines dans le coma à l'hôpital, l'un des jeunes hommes est d'ailleurs décédé.

Plus généralement, le préfet de police de Paris a indiqué que les comas à cause de l'utilisation de drogues diverses avaient largement augmenté ces dernières années dans les nuits parisiennes.

"On est sur un rythme de 50 à 100 comas par an", dans la capitale a expliqué Michel Delpuech. "C'est une évolution inquiétante, il y a deux ou trois ans, c'était 10".

Face à ces drames, les autorités ont fermé six établissements de nuit à Paris. Les professionnels de la nuit se sont en outre rassemblés au sein d'un collectif, Collectif Action Nuit, et demandent de l'aide aux autorités: "face à une situation (qu'ils ne peuvent) gérer seuls".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le GBL est une drogue qui prend de plus en plus d'ampleur dans les nuits parisiennes.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-