Pas-de-Calais: après un avortement raté, elle accouche d'un bébé handicapé

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Pas-de-Calais: après un avortement raté, elle accouche d'un bébé handicapé

Publié le 27/07/2017 à 13:02 - Mise à jour à 13:09
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Une femme originaire de Boulogne-sur-Mer a accouché d'un bébé vivant lundi, alors qu'elle venait de subir une interruption médicale de grossesse. Enceinte de huit mois, elle venait d'apprendre que son enfant était atteint d'une très grave malformation du cerveau. Handicapé, le nouveau-né a de faibles chances de survivre.

Le couple Delage, originaire de Boulogne-sur-Mer dans le Pas-de-Calais, vit un traumatisme depuis lundi 24. Alors qu'ils attendaient un enfant en bonne santé, ils ont appris vendredi 14 que leur bébé à naître était atteint d'une très grave malformation cérébrale. A huit mois de grossesse, la femme, en accord avec son compagnon, a donc décidé d'avorter. L'interruption médicale de grossesse (IMG) est possible en France même au bout de huit mois si l'enfant à venir est victime d'un handicap lourd.

C'est donc un déchirement pour le couple qui devra attendre dix jour pour que l'IMG se fasse à l'hôpital Duchenne, rapporte La Voix du Nord. Lundi, la femme subit donc l'intervention permettant l'arrêt de la grossesse et les médecin administrent une double dose en piqûre, censée être fatale à l'enfant. Celle qui aurait dû être mère sait maintenant qu'elle devra accoucher dans les heures qui suivent d'un enfant décédé.

Pourtant, elle accouche plus tard d'un enfant bien vivant et moins handicapé que les médecins avaient prédis. Tandis que le nouveau né peut boire et même bouger, personne ne les informe de son état de santé et les parents décident alors de porter plainte.

Selon l'hôpital, comme le rapporte le quotidien local, "aucune erreur n'a été commise". Et l'Agence régionale de santé devra décider d'une enquête. Le personnel hospitalier s'est tout de même dit "pessimiste" sur l'état de santé du nouveau né.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Finalement, le bébé est né vivant et moins handicapé que les médecins pensaient.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-