Pas-de-Calais: prison ferme pour avoir torturé un chien à mort

Pas-de-Calais: prison ferme pour avoir torturé un chien à mort

Publié le 10/07/2018 à 17:54 - Mise à jour à 17:56
© DAMIEN MEYER / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Des hommes accusés d'avoir torturé et tué un chien ont été condamnés à de la prison ferme lundi au tribunal de Béthune dans le Pas-de-Calais. En mai dernier, un promeneur avait découvert le cadavre d'un chien couvert de coups de couteau.

Le verdict est tombé et les deux hommes accusés d'avoir torturé un chien à mort ont été condamnés à de la prison ferme lundi 9 au tribunal de Béthune dans le Pas-de-Calais. Ils ont écopé d'un an et neuf mois de prison, ils n'étaient pas propriétaires de l'animal.

Tout a commencé le 2 mai dernier lorsqu'un promeneur a découvert le corps sans vie d'un cane corso au pied d'un terril à Liévin. L'animal avait reçu huit coups de couteau sur les flancs et était transpercé par un pieu.

Les propriétaires du chien, un couple, et deux de leurs amis ont donc été jugés lundi et sommés de s'expliquer. Les faits se seraient déroulés lors d'une soirée ou les quatre protagonistes avaient consommé alcool et cocaïne.

A voir aussi: Deux huskys retrouvés morts, tués par la chaleur car enfermés dans une voiture

Un des amis du couple a expliqué être sorti avec le chien et son camarade, qui nie les faits, jusqu'au fameux terril. Là, comme l'a relaté La Voix du Nord, il a expliqué s'est absenté quelques instants pour "un besoin naturel".

C'est lorsqu'il est revenu sur les lieux qu'il a dit avoir trouvé le chien lardé de coups de couteau. Il a alors expliqué à la barre avoir simplement "abrégé ses souffrances".

Les propriétaires du chiens étaient eux poursuivis pour complicité d'abandon d'animal, puisqu'ils avaient demandé à leurs amis de s'en débarrasser. La femme avait en effet peur du cane corso prénommé Little Boy.

Le mari a été relaxé alors que sa femme a écopé de quatre mois de prison avec sursis accompagnés d'une mise à l'épreuve de 24 mois.

Pas moins de sept associations de protection des animaux s'étaient portées parties civiles. Elles ont toutes protesté contre les peines trop clémentes selon elles. Elles ont aussi souligné que le propriétaire de Little Boy avait déjà été condamné pour maltraitance sur ce chien par le passé.

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les deux bourreaux du chien ont été condamnés à de la prison ferme.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-