Pas-de-Calais: un corbeau met le feu à l'hôpital de Berck

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Pas-de-Calais: un corbeau met le feu à l'hôpital de Berck

Publié le 29/01/2018 à 11:50 - Mise à jour à 12:08
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un mystérieux corbeau pyromane avait menacé de passer à l'acte par SMS et il l'a fait. Pas moins de trois incendies ont touché l'Institut François Calot de Berck mercredi et dimanche. Les feux n'ont pas fait de victime et seulement quatre personnes ont été légèrement intoxiquées.

Quelqu'un en veut vraiment à l'Institut François Calot de Berck, dans le Pas-de-Calais. En moins d'une semaine, le centre hospitalier a été visé par des incendies volontaires à trois reprises. Dimanche 28, le personnel a dû faire face à deux départs de feu, revendiqués par un mystérieux corbeau.

"Ce soir, fini de rigoler. Je passe à l’acte. Je vais mettre le feu entre 21 h et 21 h 30 en quittant le service": voici ce qu'a reçu par SMS Benoît Dolle, directeur général de la Fondation Hopale, mercredi 24 selon La Voix du Nord. Pour ne pas pouvoir être tracée, la personne derrière ce message anonyme avait utilisé une carte prépayée.

A voir aussi: Corée du Sud - des dizaines de morts dans l'incendie d'un hôpital

Et en effet, ce jour-là, un feu débutait dans un local poubelle du centre hospitalier situé en bord de mer. Vite éteint, il avait été provoqué par une couverture enflammée. Le corbeau pyromane avait ensuite revendiqué son acte et promis qu'il recommencerait.

C'est chose faite puisque dimanche pas moins de deux incendies se sont déclarés dans deux services différents. Une chambre du service neurologie a été prise pour cible et le service douleur a aussi été touché. Ce dernier était cependant inoccupé.

Les deux incendies n'ont fait aucune victime grâce, entre autres, au personnel qui a su rapidement réagir à l'urgence. Les soignants ont évacué 15 patients. En tout, quatre personnes ont été légèrement intoxiquées.

Cela fait maintenant quelques mois que cet anonyme menaçant insulte et provoque les employés du centre hospitalier. Il promettait jusqu'alors de s'en prendre à leurs familles et leurs biens.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


En moins d'une semaine, pas moins de trois incendies volontaires ont touché l'Institut François Calot de Berck.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-