Berck: un homme en garde à vue après les incendies à l'hôpital

Berck: un homme en garde à vue après les incendies à l'hôpital

Publié le 10/02/2018 à 14:49 - Mise à jour à 14:52
© DENIS CHARLET / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Dans le cadre de l'enquête sur les feux criminels allumés à l'hôpital de Berck, dans le Pas-de-Calais, deux personnes ont été interpellées par la police. L'un des suspects a été relâché mais l'autre est toujours interrogé par les enquêteurs qui le soupçonne d'être le corbeau qui menace le personnel du centre.

Depuis plusieurs semaines un corbeau menace le personnel de l'Institut Calot de Berck, dans le Pas-de-Calais. Vendredi 9, une dizaine de départs de feux se sont produits dans cet hôpital, personne n'a été blessé.

A La fin du moi de janvier déjà trois feux d'origine criminelle avaient légèrement endommagé les locaux. D'après les enquêteurs, ces actes de malveillances sont l'œuvre d'un corbeau qui menace le personnel par messages de manière parfois très violente.

A voir aussi: Pas-de-Calais - un corbeau met le feu à l'hôpital de Berck

Cet inconnu qui a toujours utilisé un numéro de téléphone d'une carte prépayée pour ne pas pouvoir être tracé demande le licenciement d'une dizaine de personnes, membres du personnel de l'établissement.

Le corbeau accuse certains d'avoir commis des attouchements sexuels sur des enfants. De nombreux messages menaçaient aussi la famille des personnes visées. Celles-ci recevaient environ cinq messages inquiétants par jour selon La Voix du Nord.

Deux personnes ont été interpellées après les incendies de vendredi: l'une d'elle a vite été relâchée par les policiers. "On s'est rapidement rendu compte qu'aucun élément ne pouvait être retenu contre lui", a expliqué le parquet de Boulogne-sur-Mer.

Le second suspect cependant est toujours en garde à vue ce samedi 10. les enquêteurs sont à la recherche d'une personne "qui connaît parfaitement bien les locaux, qui est parfaitement au courant de la géographie des lieux, qui est parfaitement au courant des mœurs, des pratiques de l'établissement, qui a accès à un certain nombre de locaux où des départs de feu ont eu lieu et où un nombre très limité de personnes sont censées pourvoir entrer", a indiqué Benoît Dolle, le directeur du groupe Hopale auquel est affilié l'institut, à France 3 Hauts-de-France.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




plus de dix feux ont été déclenchés à l'hôpital de Berck, dans le Pas-de-Calais, depuis la fin du mois de janvier.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-