Pays-Bas: un adjoint au maire de Rotterdam veut rendre la contraception obligatoire pour les 'femmes fragilisées"

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Pays-Bas: un adjoint au maire de Rotterdam veut rendre la contraception obligatoire pour les 'femmes fragilisées"

Publié le 12/10/2016 à 15:10 - Mise à jour à 15:16
©Durant Florence/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un élu de la ville de Rotterdam souhaite que certaines femmes "fragilisées" habitant dans sa ville soit obligée de prendre une contraception. Elles ne seraient pas aptes en effet à s'occuper des enfants qu'elles pourraient avoir.

C’est le quotidien Le Monde qui révèle la proposition de l’élu, sans doute animé de bonnes intentions, mais dont le discours fait froid dans le dos: Hugo de Jonge, adjoint au maire de Rotterdam aux Pays-Bas, a annoncé qu’il souhaite obliger les "femmes fragilisées" à recevoir une contraception. Et l’élu du parti chrétien-démocrate donne même quelques indications sur ce que seraient ces "femmes fragilisées": des toxicomanes, des prostituées et des sans-abri. Hugo de Jonge estime en effet que comme ces femmes ne parviennent pas à s’occuper de leurs enfants, et sont donc victime de négligeances voire de maltraitances graves. Quand ils ne finissent pas purement et simplement dans des structures de placement. 

Tollé général dans le pays? Pas réellement. Nons seulement le ministère hollandais de la Santé n’a pas émis de réaction officielle, mais Hugo de Jonge a certainement fait sa proposition en référence à d’autres expériences déjà menées dans le pays. Dans la ville de Tiburg, à environ 80 kilomètres, un programme facultatif de contraception a été mis en place et incluerait jusque-là 165 femmes et 4 hommes. Seule la Société royale de médecine néerlandaise a rappelé que, outre le fait que la mesure serait "inefficace", elle est totalement contraire à la Convention européenne des droits de l’homme. Rotterdam a d’ailleurs déjà lancé une timide expérimentation sur 150 femmes "à risques" sans que les résultats ne soient pour l’instant probants. Ce qui pousse peut-être l’élu à envisager une solution un peu plus "coercitive".

 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Des initiatives basées sur le "volontariat" existent déjà aux Pays-Bas.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-