Pays-Bas: un enfant atteint d'une tumeur au cerveau refuse les traitements, la justice lui donne raison

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Pays-Bas: un enfant atteint d'une tumeur au cerveau refuse les traitements, la justice lui donne raison

Publié le 13/05/2017 à 10:12 - Mise à jour à 10:14
©Rémy Gabalda/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Il a 12 ans, souffre d'une tumeur au cerveau et ne veut pas entendre parler de chimiothérapie: la justice néerlandaise a donné raison à David, 12 ans, dans son choix radical. Et cela malgré une plainte du père inquiet pour la survie de son fils.

Cette décision est très lourde de sens. Les experts psychologues chargés de l'examiner assurent pourtant que le jeune garçon sait ce qu'il fait. Aux Pays-Bas, la justice a accepté vendredi qu'un patient de 12 ans atteint d'une tumeur au cerveau refuse de subir une chimiothérapie qui aurait pourtant une chance de lui sauver la vie.

David souffre en effet d'un mal terrible qui s'abat sur lui à l'aube de son adolescence: un cancer cérébral. Passé au bloc opératoire, la tumeur a été retirée et le mal est donc circonscrit, du moins pour l'instant. Les  médecins lui assurent pourtant que pour continuer vers le chemin possible de la guérison, le jeune garçon doit subir un traitement lourd de chimiothérapie. Pour David, c'est "non". L'enfant refuse même tout suivi, malgré les risques considérables de rechute mortelle de son cancer.

La mère soutien le "choix" de son enfant mais pas le père qui décide de porter plainte devant un tribunal pour forcer son fils à saisir cette chance thérapeutique. Entendu par des experts, ces derniers ont conclu que David comprenait bien la situation, et restait animé d'une volonté de vivre. Il refusait seulement la prise d'un traitement aux conséquences lourdes sur sa vie quotidienne. Les juges, constatant que son jugement n'était pas altéré ont donc validé sa volonté, malgré les inquiétudes du père. Le préadolescent "peut raisonnablement évaluer ce qu'il estime être dans son intérêt et comprend les conséquences de ses actes, y compris celles qui sont négatives", a ajouté le juge. 

Les Pays-Bas sont un pays particulièrement volontariste sur le libre choix des plus jeunes sur le traitement des maladies graves. Une acceptation qui peut aller jusqu'au choix les plus radicaux. Dès 12 ans en effet un mineur peut décider librement de se faire euthanasier en cas de maladie mortelle en phase terminale. 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'enfant a décidé librement et en connaissance de cause selon la justice.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-