Pédophilie: le grand-père demandait des photos dénudées à sa petite-fille contre rémunération

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Pédophilie: le grand-père demandait des photos dénudées à sa petite-fille contre rémunération

Publié le 20/12/2017 à 15:32 - Mise à jour à 15:41
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un quinquagénaire a été condamné à six mois de prison avec sursis et une mise à l’épreuve pour corruption de mineur, lundi à Bouckerque. Il proposait à sa petite-fille de 13 ans de lui envoyer des photos d'elle dénudée contre rémunération.

Le grand-père proposait à sa petite-fille de 13 ans de lui envoyer des photos d'elle dénudée et dans des positions suggestives contre de l'argent. Lundi 18, cet habitant de Bouckerque comparaissait devant le tribunal pour répondre de faits de corruption de mineurs.

Comme l'explique La Voix du Nord, le quinquagénaire avait établi un barème de rémunération suivant la valeur qu'il attribuait aux photos que son ascendante lui envoyait, soit entre 30 et 200 euros le cliché à caractère pédo-pornographique. En tout, le grand-père, qui vivait confortablement, avait envoyé plus de 1.000 euros à sa petite-fille.

Au début de ces terribles échanges, la jeune fille n'envoyait que des photos d'elle habillée mais ces dernières ont viré rapidement aux nus plus les sommes proposées par le grand-père augmentaient.

Le quotidien nordiste a reproduit un échange de textos glaçants: "Tu dois m’envoyer des photos, n’oublies pas!", "J’ai besoin d’argent ", "Combien?",  "200!", "Et en quel honneur?", "Je dois m’acheter des fringues", "Envoies les photos". Et plus tard: "C’est​ pas avec trois photos que tu auras 200 euros, je veux des photos du bas… Celles avec collants transparents valent 150 euros, et des photos de cuisses c’est 50 euros".

A la barre, le quinquagénaire a reconnu les faits mais a estimé que cette histoire relevait uniquement d'une affaire familiale privée. "Tous les jours, j’ai envie de me suicider, j’ai fait une chose impardonnable. Je me fais soigner pour rester en vie", a-t-il toutefois reconnu. Le tribunal l'a condamné à six mois de prison avec sursis mise à l’épreuve pour corruption de mineur.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le grand-père pédophilie a été condamné à six mois de prison avec sursis.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-