Pédophilie: l'Eglise a "failli", selon l'argentier du Vatican

Pédophilie: l'Eglise a "failli", selon l'argentier du Vatican

Publié le 29/02/2016 à 17:38 - Mise à jour à 17:47
©AndreasSolaro/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Selon le cardinal australien George Pell, puissant "ministre" de l'Economie, l'Eglise avait "failli" dans sa gestion des prêtres pédophiles.

Le cardinal australien George Pell, puissant "ministre" de l'Economie du Vatican, a estimé ce lundi 29 février que l'Eglise avait "failli" dans sa gestion des prêtres pédophiles, tout en estimant que les fautes étaient individuelles et non structurelles.

L'ancien chef de l'Eglise catholique en Australie, devenu argentier du Vatican en 2014, a témoigné lundi devant une commission d'enquête sur les crimes pédophiles en Australie. En raison de ses problèmes cardiaques, l'ancien archevêque de Melbourne, puis de Sydney, âgé de 74 ans, a obtenu de pouvoir faire sa déposition par visioconférence dans un hôtel de Rome.

La commission d'enquête s'intéresse notamment à des faits présumés remontant aux années 1970 dans la ville de Ballarat, dans l'Etat de Victoria, où Monseigner Pell a grandi, et à la façon dont l'Eglise australienne a répondu à des accusations de pédophilie visant des prêtres. Le cardinal a estimé que l'Eglise avait dans son histoire commis de graves erreurs dans sa gestion de ces scandales, et tentait désormais d'y remédier.

"Permettez-moi de vous dire, en préambule, que je ne suis pas ici pour défendre l'indéfendable", a-t-il dit après avoir juré sur la Bible de dire la vérité. "L'Eglise a fait des erreurs énormes et tente de les réparer. Dans beaucoup d'endroits, et notamment en Australie, l'Eglise a failli, a abandonné les gens". Il a reconnu que l'attitude de l'Eglise a souvent été de rejeter les plaintes en ne donnant pas crédit à la parole de l'enfant.

"Je n'ai pas les statistiques, mais ils sont trop nombreux à avoir été ignorés, parfois dans des circonstances absolument scandaleuses", a-t-il dit en regrettant que le réflexe ait été de protéger l'Eglise de tout scandale. "Des accusations très, très, très plausibles faites par des personnes responsables n'ont pas été suffisamment écoutées".

Pour autant, quand la commission d'enquête lui a fait remarquer que de nombreuses investigations dans le monde entier avaient pointé les mauvaises décisions prises par la hiérarchie ecclésiastique, le cardinal s'est refusé à mettre en cause l'organisation de l'Eglise. "Je crois que les fautes commises ont très largement été des fautes individuelles, des échecs individuels plutôt que structurels", a-t-il dit.

Monseigneur Pell a toujours nié toute connaissance des faits de pédophilie à Ballarat, ainsi que des crimes commis par Gerald Ridsdale, un prêtre condamné pour avoir agressé une cinquantaine de garçons entre 1960 et 1980. Né à Ballarat, le cardinal Pell, qui vécut un temps dans la même maison que Ridsdale, a toujours nié avoir eu connaissance des tendances de l'ancien prêtre, l'avoir muté de paroisse en paroisse quand il était cardinal, ou avoir tenté d'acheter le silence de victimes du pédophile.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le cardinal Georges Pell, puissant "ministre" de l'Economie, estime que le Vatican a "failli" dans sa gestion des cas de "pédophilies".

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-