Perpignan: elle jette sa chatte par la fenêtre, 4 mois avec sursis

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 28 février 2019 - 11:17
Image
Une balance de la justice
Crédits
© LOIC VENANCE / AFP
En octobre dernier une mère de famille de Perpignan avait jeté sa chatte par la fenêtre. L'animal avait été grièvement blessé.
© LOIC VENANCE / AFP

En octobre dernier une mère de famille de Perpignan avait jeté sa chatte par la fenêtre. L'animal avait été grièvement blessé. La prévenue a écopé de 4 mois de prison avec sursis. 

A la barre du tribunal, elle a expliqué qu'elle pensait que l'animal allait retomber sur ses pattes. Une femme a été condamnée à 4 mois de prison avec sursis pour acte de cruauté sur animal domestique, à 500 euros d’amende et à une interdiction à vie de détenir un animal, jeudi 21 février par le tribunal de Perpignan. En octobre 2017, elle avait jeté sa chatte Jody par la fenêtre de l'appartement situé au 2e étage d'un immeuble.

Comme le rapporte le journal L'Indépendant, la prévenue a expliqué avoir agit ainsi car elle estimait que "l'animal était trop agressif, qu'il avait griffé son fils et qu'il avait fait ses besoins en dehors de sa litière". Et de préciser: "Elle a ajouté qu'elle pensait que la chatte retomberait sur ses pattes". Elle a néanmoins fait part de ses regrets et précisé qu'elle traversait une période difficile. 

Lire aussi - Nord: perdu, le chat retourne chez ses maîtres en covoiturage

L'animal avait quant à lui était blessé à la patte et avait également eu une fracture du bassin. Jody avait été opérée en urgence et a dû passer par une convalescence de plusieurs mois au cours de laquelle elle a beaucoup souffert. Elle a été prise en charge par une association de protection animale, en l'occurrence celle des Chats Libres qui a déposé plainte. 

En 2017, la SPA a enregistré un nombre record de 8.937 signalements de maltraitance animale, surtout des chiens et des chats, soit 36% de plus qu'en 2016.

Voir:

Il filmait son chien dévorant vivant des chatons et publiait les vidéos, prison avec sursis

Assignée à résidence, elle enlève son bracelet électronique et le met à son chat

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Dessin de la semaine