"Pique-nique au Struthof": une enquête ouverte après la publication sur Facebook d'un événement polémique

"Pique-nique au Struthof": une enquête ouverte après la publication sur Facebook d'un événement polémique

Publié le 03/04/2017 à 10:34 - Mise à jour à 10:46
©Vincent Desjardins/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un "événement Facebook" proposait à ceux qui le souhaitaient de se réunir ce lundi dans le camp de concentration du Struthof, dans le cadre d'un pique-nique. De nombreux commentaires antisémites émaillaient la page qui a été retirée, après publication d'un mot d'excuses. Une enquête a cependant été ouverte pour identifier précisément les organisateurs et les commentateurs.

L'événement était, à la base, d'un mauvais goût certain. Il a dérapé, sur la toile, en injures antisémites qui pourraient générer des suites judiciaire.

Sur son compte Facebook, un certain "Dash Rainbow Mlp" qui apparaît masqué sur sa photo de profil (mais paraît visiblement assez jeune) illustrant sa page qui n'est aujourd'hui plus disponible, proposait un événement pour le moins glauque: l'organisation d'un pique-nique (et d'une visite) au Struthof, le seul camp de concentration installé sur le sol français, en Alsace.

La proposition n'avait pas pour but de développer sa culture historique. L'auteur, qui assure que tout ce qu'il écrit "est à prendre au second degré" a surtout été débordé par de très nombreux commentaires ouvertement antisémites depuis la publication du post le 19 mars.

Le consistoire israélite du Bas-Rhin, qui a signalé la page dès le 20 mars, a expliqué avoir relevé des commentaires comme "on espère que les chambres à gaz fonctionnent encore" ou "il paraît que c'est un restaurant 22.000 fois étoilés" en référence aux 22.000 personnes qui y ont perdu la vie juifs et résistants.

Visiblement dépassé, l'organisateur a annulé l'événement et a publié un message d'excuses avant que sa page devienne inaccessible. Il tente une justification qui semble confirmer son jeune âge: "Au tout début, l'événement était un événement sérieux dans le but de rappeler aux personnes externes de mon établissement scolaire qu'il y avait une sortie organisée dans le camp de concentration et par conséquent ramener un pique-nique personnel (…) Je ne suis ni xénophobe, ni raciste, ni antisémite".

Pour l'avocat du consistoire, Raphaël Nisand, les excuses ne passent pas, comme il l'explique à France Bleu: "L'organisateur a présenté de vagues excuses, absolument pas crédibles" assurant que les promoteurs du pique-nique morbide étaient "très fiers de leur antisémitisme forcené puisqu'ils ont publié et re-publié cet événement!". Il confirme qu'une suite judiciaire sera donnée à cette affaire, en commençant par une identification précise des organisateurs et des commentateurs.

Le camp de Natzweiler-Struthof a été créé en 1941, et n'était stricto sensu pas en France puisque l'Alsace avait été annexée par l'Allemagne après la défaite française. Après la guerre, le camp a servi dans un premier temps de centre de détention pour les prisonniers de guerre et les collaborateurs, avant de devenir un centre historique en 1950.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Plus de 20.000 personnes sont mortes derrière les barbelés du camp.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-