Poitiers: mort d'un bébé de 2 ans tombé du 9e étage

Auteur(s)
Pierre Plottu
Publié le 28 mai 2015 - 10:01
Image
Un camion de pompier.
Crédits
©Frédéric Bisson/Flickr
Les équipes du SAMU n'ont rien pu faire pour réanimer la petite victime.
©Frédéric Bisson/Flickr
Un enfant âgé de deux ans est mort après avoir fait une chute du neuvième étage de l'appartement familial, mercredi 27 à Poitiers. Ses parents, présents dans l'appartement au moment des faits, ne se sont aperçus de rien et ont été alertés par des témoins.

Ses deux parents étaient pourtant présents dans l'appartement. Un bébé de deux ans est mort, mercredi 27, en tombant du balcon de son appartement situé au neuvième étage d'un immeuble de Poitiers (Vienne), relate France 3 Poitou-Charentes. L'enfant est décédé sur place, des suites de ses blessures.

Il est aux alentours de 11h30, mercredi, au n°6 de la rue Georges Pompidou, dans le quartier des Couronneries de Poitiers. Pour une raison encore indéterminée, l'enfant bascule dans le vide du neuvième étage. Il était dans sa chambre au moment de l'accident. Ses parents, affairés dans l'appartement familial ne s'aperçoivent de rien et sont prévenus par des témoins, qui ont également alerté les secours.

Les pompiers, arrivés rapidement sur place, ne peuvent plus rien pour l'enfant qui gît au pied de l'immeuble. Malgré plusieurs tentatives de réanimation, les équipes du SAMU de Poitiers n'ont rien pu faire, relate France 3 Poitou-Charentes qui précise que le petit corps est resté, recouvert d'une bâche, "au pied de l'immeuble, le temps des premières constatations de l'enquête de police".

Les circonstances du drame sont encore floues mais la thèse accidentelle serait à ce stade privilégiée par les enquêteurs. Pour autant, la piste d'un défaut de surveillance n'est pas écartée: "comment l'enfant a-t-il pu faire une telle chute? Y a-t-il eu un défaut de surveillance des parents et, si oui, à quel point? C'est à l'enquête de le déterminer", précise ainsi le parquet de Poitiers cité par Le Parisien. Les parents, sous le choc, devraient être entendus prochainement par les policiers en charge de l'enquête.

 

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don