Poitiers: un petit garçon violemment roué de coups, la mère et son compagnon emprisonnés

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Poitiers: un petit garçon violemment roué de coups, la mère et son compagnon emprisonnés

Publié le 13/07/2017 à 16:51 - Mise à jour à 19:37
© Philippe Huguen / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Une mère de famille de 26 ans a été maintenue en détention mercredi par la chambre d'instruction de la cour d'appel de Poitiers après un signalement de maltraitance datant du 22 juin. Ce jour-là, l'école de leur petit garçon de 4 ans avait alerté les autorités après avoir découvert de nombreuses traces de coups, empêchant même l'enfant de marcher. Le compagnon l'aurait également frappé.

Les coups étaient si violents qu'ils empêchaient la victime de marcher et qu'un rein a été atteint. Le calvaire d'un petit garçon de quatre ans, et de sa sœur de sept ans, maltraités par leur mère de 26 ans, originaire de Guyane, et le compagnon de cette dernière, a pris fin mercredi 12.

La chambre d'instruction de la cour d'appel de Poitiers, ville où se sont déroulés les faits, a confirmé le maintien en détention de la mère selon la Nouvelle République. Et devait faire de même pour l'homme, dont ni l'âge ni l'identité n'ont été révélés.

Le 22 juin dernier, l'école de l'enfant de quatre ans a alerté les autorités et les secours en le voyant dans l'impossibilité de marcher et en remarquant aussi des traces de coups au niveau du visage. Hospitalisé en urgence, le petit garçon a subi plusieurs examens et les médecins ont découvert de sang dans ses urines. Un coup au niveau d'un rein ayant provoqué une hémorragie.

La petite victime a tout de suite désigné sa mère et le nouveau compagnon de cette dernière comme auteurs des coups. La police les a immédiatement interpellés, et ils sont depuis emprisonnés. La sœur du petit garçon, âgée de sept ans, a aussi confié avoir déjà été battue.

La jeune femme de 26 ans a avoué après son arrestation avoir donné quelques fessées avec un cintre. Assurant aussi le fait d'avoir été la seule à frapper son fils, niant les coups portés à sa fille. Les deux ont depuis été placés en famille d'accueil, comme le bébé que le couple a eu. Couple qui a donc demandé sa remise en liberté, que la justice a refusé.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


La chambre d'instruction de la cour d'appel de Poitiers, ville où se sont déroulés les faits, a confirmé le maintien en détention de la mère selon "la Nouvelle République".

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-