Polémique sur un bizutage à l'école d'infirmiers de Toulouse

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Polémique sur un bizutage à l'école d'infirmiers de Toulouse

Publié le 07/09/2018 à 18:53 - Mise à jour à 18:56
©Bertrand Langlois/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Une opération de "bizutage" a été menée mercredi par des étudiants de l’institut de formation en soins infirmiers (IFSI) de Toulouse. Des traitement dégradants dénoncé par la branche CGT du CHU dont dépend l'école. Une enquête interne a été ouverte.

Le bizutage est officiellement interdit en France, et même sévèrement sanctionné. Mais il existe toujours dans de nombreuses écoles et chaque rentrée connaît donc des scandales liés à cette pratique.

C'est cette année l’institut de formation en soins infirmiers (IFSI), dépendante du CHU de Toulouse, qui est au cœur d'une polémique. En cause, les traitements humiliants imposés mercredi 5 à quelque 250 élèves de première année et dénoncé par la branche CGT de l'établissement hospitalier.

" L’ensemble des premières années étaient réunies dans un amphithéâtre lorsque une centaine d’étudiants d’autres années ont fait irruption dans le cours. L’opération de bizutage a alors commencé. Dans un premier temps, les étudiants ont été attachés par deux avec du scotch dans l’amphithéâtre, certains et certaines avec les mains entre les jambes", rapporte le syndicat dans un communiqué appuyé de photos.

Voir: Soupçons de bizutage à l'Ensam d'Angers: l'inspection générale saisie

Les "bizus" auraient ensuite été aspergés de divers produits allant du vinaigre à la pâtée pour chien et sommés de chanter des chansons paillardes. Des "gages" assez classiques bien qu'interdits mais qui se seraient accompagnés d'un empêchement physique de quitter la pièce pour ceux qui ne goûtaient pas cet "humour".

Selon la Fédération nationale des étudiants en soins infirmiers (Fnesi), cette opération n'était en rien organisée par le BDE (Bureau des étudiants) de l'école, traditionnellement en charge des journées d'"intégration". Dans un communiqué, elle affirme qu'il s'agit de l'œuvre de "membres des promotions supérieures" qui ont agi "par tradition". Des faits "inacceptables" pour l'association qui rappelle que depuis 1998, "le fait pour une personne d’amener autrui, contre son gré ou non, à subir ou à commettre des actes humiliants ou dégradants ou à consommer de l’alcool de manière excessive, lors de manifestations ou de réunions liées aux milieux scolaire et socio-éducatif est puni de six mois d’emprisonnement et de 7.500 euros d’amende". Une enquête interne a été ouverte.

Lire aussi:

Bizutage: ils brûlent le bras d'étudiants avec des cuillères chauffées pour simuler des "tatouages"

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La Fédération nationale des étudiants en soins infirmiers a dénoncé un comportement "inacceptable" (illustration).

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-