Policière percutée par une voiture volée: deux personnes dont un mineur écrouées

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Policière percutée par une voiture volée: deux personnes dont un mineur écrouées

Publié le 06/11/2016 à 14:48 - Mise à jour à 14:50
©Charles Platiau/Reuters
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Le conducteur et le passager du véhicule qui a percuté une policière jeudi, la blessant grièvement, ont été mis en examen et écroués samedi. Le conducteur de la voiture volée, âgé de 16 ans, avait été rapidement interpellé. Le passager de 21 ans s'est constitué prisonnier le lendemain des faits. La fonctionnaire est hors de danger mais devra subir une longue convalescence.

Le conducteur mineur et le passager de la voiture volée qui avait violemment percuté une policière jeudi 3 en Seine-et-Marne ont été mis en examen et écroués samedi 5, a-t-on appris auprès du parquet de Melun. "Le mineur a été mis en examen pour tentative d'homicide volontaire sur personne dépositaire de l'autorité publique et le majeur pour complicité", a déclaré à l'AFP la procureure de Melun, Béatrice Angelelli. "L'instruction permettra de déterminer le rôle exact de chacun".

Âgé de 16 ans, le conducteur avait été interpellé dès jeudi, de même qu'un autre mineur, mis hors de cause depuis. L'autre personne écrouée, âgée de 21 ans, s'était présentée spontanément au commissariat de Melun vendredi soir, reconnaissant être le passager du véhicule.

Jeudi matin, près de la gare de Saint-Pierre-lès-Nemours (Seine-et-Marne), la policière de 53 ans s'était retrouvée coincée entre un mur et une voiture repérée comme volée, dont les occupants tentaient de prendre la fuite. Deux autres policiers avaient également été légèrement blessés.

Souffrant de plusieurs fractures, la fonctionnaire a été opérée jeudi soir. "Cette intervention s'est bien passée, elle avait parfaitement récupéré de l'anesthésie" vendredi matin, selon la préfecture de Seine-et-Marne, qui précise qu'elle aura besoin d'une "longue période de repos puis de rééducation".

Vu ses blessures, 45 jours d'interruption totale de travail (ITT) lui ont été prescrits provisoirement. Le jour de l'incident, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve avait rappelé dans un communiqué la "détermination totale du gouvernement à interpeller et à sanctionner tous les auteurs de violences à l'encontre des représentants des forces de l'ordre", exprimant "son entier soutien à la policière".

Cette affaire survient alors qu'un mouvement de grogne des policiers, qui a fait tache d'huile avec des manifestations dans plusieurs villes de France depuis le 17 octobre avant de connaître un net reflux avec encore des rassemblements ponctuels dans quelques villes, est né après une violente attaque aux cocktails Molotov de quatre policiers à Viry-Châtillon (Essonne). Deux d'entre eux ont été grièvement brûlés.

Lors de la première manifestation policière à Paris, des centaines de policiers ont défilé, de manière quasi inédite, sur les Champs-Élysées en soutien à leurs collègues gravement blessés le 8 octobre à Viry-Châtillon. Bravant leur devoir de réserve, les policiers réclament notamment plus d'effectifs et de moyens, des peines sévères pour leurs agresseurs et la révision des règles de légitime défense, avec un alignement sur celles s'appliquant aux gendarmes.

Le gouvernement, qui a tenté d'apaiser le mouvement des policiers en colère, a promis le 26 octobre que des "propositions" seraient faites au Parlement dès fin novembre en ce domaine, et le déblocage de 250 millions d'euros pour mieux équiper la police.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Opérée avec succès, la policière aura besoin d'une "longue période de repos puis de rééducation".

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-