Policiers sauvagement agressés à Champigny aux cris de "tabassez-les, prenez leurs armes"

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Policiers sauvagement agressés à Champigny aux cris de "tabassez-les, prenez leurs armes"

Publié le 03/01/2018 à 06:45 - Mise à jour à 06:48
©Lewis Joly/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Deux policiers ont été blessés dimanche 31 au soir à Champigny-sur-Marne, en banlieue parisienne, lors d’échauffourées qui ont éclaté en marge d’une soirée de réveillon du Nouvel An. Selon un témoin, certains agresseurs ont tenté de s'emparer de l'arme d'un des fonctionnaire tabassé.

Une scène d'une violence indicible, un "lynchage lâche et criminel" pour le président de la République. Le passage à tabac de deux policiers à Champigny-sur-Marne dans la nuit de la Saint-Sylvestre a soulevé une vague d'indignation en France.

On en sait désormais un peu plus sur le déroulement de cette soirée qui a totalement dégénéré dans cette ville du Val-de-Marne, où une fête était organisée dans un hangar. Cette dernière a dû être annulée, la faute à une trop forte affluence. "La police a fait évacuer la salle à coups de flashballs et de gaz lacrymogènes", a raconté un témoin sur BFMTV. Poursuivant: "Tout le monde s'est retrouvé dehors, on a vu qu'il y avait des CRS. Ils se sont mis à nous bloquer, les gens se sont mis à crier, à pleurer, certains ont brûlé des voitures. Des gens sont partis dans les usines du quartier et brûlaient ce qu'ils trouvaient, le jetaient sur les policiers".

Lire aussi - Champigny-sur-Marne: la classe politique s'indigne, la police en colère

Concernant l'agression des deux policiers: "A un moment tout le monde a pris la fuite, et c'est là qu'on a croisé les deux policiers qui arrivaient de nulle part", a fait savoir le jeune homme. Et d'ajouter: "Ils ont fini au milieu de la foule. Quelqu'un a crié: +tabassez-les, prenez leurs armes+. Il y avait un homme et une femme, elle était jeune et elle ne savait pas où elle allait".

"Au début, ils étaient une grosse vingtaine, de toutes les couleurs, avec des filles aussi. Quand ils ont été moins nombreux, quelqu’un a essayé de lui prendre son arme. J’ai dit +c’est bon, lâchez-la+. Elle m’a tendu la main et je l’ai relevée. Après une fille l’a tenue avec moi et on l’a emmenée à un autre croisement et là, la BAC est arrivée et ils l’ont mise dans la voiture", a raconté ce témoin.

"On ne parlait que de jeunes sauvages. Personne ne savait qu’il y avait aussi des jeunes qui l’ont aidée. Moi, je suis arabe et la fille qui l’a soutenue était noire. C’est important de le dire", a-t-il également tenu à souligner au journal Le Parisien.

Les renforts policiers, arrivés sur place, "ont fait usage de tirs de grenades et de moyens de désencerclement" pour venir en aide à leurs collègues agressés, selon une source proche du dossier. Les deux policiers souffrent l'un d'une fracture du nez, l'autre de commotions au visage. Plusieurs véhicules des pompiers et de la sécurité civile ont été saccagés.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Quelqu'un a crié: +tabassez-les, prenez leurs armes+", a expliqué un témoin de l'agression des policiers à Champigny.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-