Polynésie: un gendarme confond son arme avec son taser et abat un homme

Polynésie: un gendarme confond son arme avec son taser et abat un homme

Publié le 29/04/2017 à 14:08 - Mise à jour à 14:25
©Witt/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un homme de 40 ans a trouvé la mort jeudi soir à Paea en Polynésie française. Il a été abattu par un gendarme appelé pour une bagarre. Le militaire aurait confondu son arme et son pistolet à impulsion électrique. Une enquête pour homicide involontaire a été ouverte.

Un gendarme a abattu un homme alors qu'il intervenait pour une bagarre, jeudi 27 au soir à Paea, sur l'île de Tahiti en Polynésie française. Un tir involontaire selon les premiers éléments. Le militaire aurait voulu neutraliser l'homme en utilisant son pistolet électrique mais aurait à la place saisi son arme de service.

Le drame trouverait son origine dans une affaire d'adultère. Une dispute aurait éclaté devant le domicile de la victime avec l'amant de sa femme. Les gendarmes ont donc été sollicités pour mettre fin à cette violente altercation vers 22h30 (11h30 vendredi 28, heure de Paris).

Les deux hommes auraient refusé de se calmer et un coup de feu a alors retenti, tiré par un des militaires. La victime est un homme de 40 ans, jardinier du Musée de Tahiti et des Iles. Malgré l'intervention des secours, il n'a pas pu être réanimé et est décédé durant le trajet vers l'hôpital.

Un témoin cité par Polynésie 1ère dit avoir entendu le gendarme crier: "J'ai tiré! Qu'est-ce que j'ai fait?". Le fils de la victime aurait assisté à la scène.

Une enquête a été ouverte pour homicide involontaire, la thèse du tragique accident étant privilégiée. "Le gendarme a fait feu accidentellement sur une personne, alors qu'il avait été appelé pour séparer deux personnes de sexe masculin lors d'une bagarre. Ce qui ressort des premières investigations, c'est qu'il a fait usage de son arme à feu en la confondant avec son arme à impulsion électrique", a fait savoir le parquet, cité par TNTV News.

L'enquête devra confirmer ou infirmer cette piste. Le gendarme a été placé en garde à vue. Son avocat assure que son geste était "totalement involontaire".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les gendarmes étaient intervenus pour calment une dispute impliquant la victime.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-