Pontarlier: quatre employées d'une fromagerie brûlées par de la cancoillotte

Pontarlier: quatre employées d'une fromagerie brûlées par de la cancoillotte

Publié le 20/07/2017 à 12:50 - Mise à jour à 12:55
©WikimediaCommons
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Quatre femmes, employées de la fromagerie Badoz à Pontarlier (Doubs), ont été blessées ce jeudi matin par de la cancoillotte brûlante. Agées de 25 à 35 ans, les victimes ont été brûlées au second degré sur différentes partie du corps.

Elles ont été victimes de brûlures au second degré. Quatre femmes, employées de la fromagerie Badoz à Pontarlier (Doubs), ont été blessées par de la cancoillotte brûlante. Les faits ont eu lieu ce jeudi 20 aux alentours de 7h du matin. Alors que le fromage était en train de chauffer à une température extrêmement élevée, le couvercle du pétrin s'est ouvert, donnant lieu à de nombreuses projections. Brûlées sur différentes parties du corps, notamment les mains et le cou, elles ont été rapidement transportées à l'hôpital, où elles sont actuellement soignées.  

"Au moment de l'accident, on estime qu'elle était à 80 degrés", a expliqué à l'Est Républicain Vincent Badoz, l'un des deux patrons de l'entreprise précisant ne pas encore en avoir la certitude. "En tout cas, on ne comprend pas comment cela pu se produire puisque le pétrin est blindé de sécurité", a-t-il ajouté.

Pour le moment, rien ne permet de savoir comment un tel incident a pu avoir lieu. Une enquête a donc été ouverte, laquelle permettra de déterminer avec précision les causes exactes de l'accident. Selon un policier cité par France Bleu, la machine a été placée sous scellés et le "responsable de la maintenance va être entendu comme d'autres salariés". En parallèle, face à l'état de choc de certains salariés, une cellule psychologique a été mise en place.

Pour rappel, la cancoillotte est un fromage français à pâte fondue fabriqué principalement en Haute-Saône (Franche-Comté). Elle est obtenue à partir d'un mélange de metton (lait écrémé caillé) et d'eau, additionné à du beurre en fin de préparation. 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Quatre employées ont été brûlées au second degré.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-