Porto-Vecchio: un drapeau français du monument aux morts brûlé

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Porto-Vecchio: un drapeau français du monument aux morts brûlé

Publié le 16/07/2018 à 20:29 - Mise à jour à 20:37
©WikimediaCommons
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

L'un des drapeaux du monument aux morts de Porto-Vecchio, au sud de la Corse, a été arraché et incendié dans la nuit de samedi à dimanche. Un acte sans doute perpétré par des jeunes gens alcoolisés.

La mairie de Porto-Vecchio préfère ne pas s'étendre sur l'évènement. Dimanche 15, les policiers municipaux de la station balnéaire corse ont découvert, alors qu'ils s'apprêtaient à ouvrir le marché hebdomadaire, que l'un des drapeaux français du monument aux morts de la ville gisait au sol partiellement calciné.

Le drapeau a visiblement été arraché puis brûlé dans la nuit du samedi 14 au dimanche 15. La municipalité a régi sur son compte Facebook: "La commune condamne avec vigueur cet acte lâche et informe la population que le drapeau national qui veille les Porto-Vecchiais morts pour la patrie retrouvera sa place dans les meilleurs délais".

"Ce matin, des agents de la police municipale étaient déjà déployés pour préparer le marché dominical vers 5 heures, et il y avait pas mal de gens sortant de boîtes de nuit, un peu de «turbulences». Au milieu de ça, les agents ont découvert le drapeau qui avait visiblement été incendié", explique le message de la mairie, évoquant un acte sans doute perpétré par des jeunes gens alcoolisés. De nombreux messages d'indignation ont été postés sur les réseaux sociaux.

Un "acte honteux", a renchéri le groupe de l’Assemblée de Corse Andà Per Dumane (En Marche):"Il est grand temps d'arrêter avec ce complexe d'identité qui veut systématiquement opposer le sentiment d'appartenance à la Corse et à la France. Nous devrions être fiers d'être Européens, fiers d'être Français, et fiers d'être Corses".

L'article 433-5-1dispose que "le fait, au cours d’une manifestation organisée ou réglementée par les autorités publiques, d’outrager publiquement l’hymne national ou le drapeau tricolore est puni de 7.500 euros d’amende. Lorsqu’il est commis en réunion, cet outrage est puni de six mois d’emprisonnement et de 7.500 euros d’amende".

 

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le drapeau a visiblement été arraché puis brûlé dans la nuit du samedi 14 au dimanche 15.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-