Pour ne pas perdre la garde, elle jette son bébé du 7e étage

Pour ne pas perdre la garde, elle jette son bébé du 7e étage

Publié le 05/09/2018 à 14:54 - Mise à jour à 15:06
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Une femme de 34 ans comparaît devant la cour d'assises de Paris depuis mardi pour avoir "laissé partir" son enfant de dix mois du haut du septième étage d'un immeuble du 17ème arrondissement. Le père du bébé voulait en obtenir la garde.

C'était le 29 août 2015, elle a "laissé partir" son bébé du septième étage pour "ne pas qu'on (lui) enlève". Myriam D. comparaît devant la cour d'assises de Paris depuis mardi 4 pour avoir tué Raphael, son petit garçon de dix mois.

Ce jour là Guillaume, son ex-compagnon et père de l'enfant, l'attendait dans un café non loin de là. Les deux, qui s'étaient rencontrés via un site spécialisé pour les personnes désireuses de fonder une famille, avaient eu le petit Raphael mais leur couple n'avait pas duré.

Quelques jours plus tôt le père de famille avait fait savoir à la maman de 34 ans qu'il comptait obtenir la garde de leur enfant. Après avoir passé un dernier week-end avec Raphael, Myriam D. devait donc rendre le bébé à son père ce 29 août 2015.

A voir aussi: Seine-et-Marne - elle se suicide en se jetant sous un train avec son bébé

Elle ne le fera jamais. La trentenaire s'est en effet dirigée jusqu'au balcon de son appartement situé au septième étage d'un immeuble du 17ème arrondissement de Paris. Là, elle a "ouvert les bras" et "laissé partir" le bébé.

La chute de cet enfant, qui n'a pas survécu, a alerté les passants du quartier. Rapidement donc, le père qui se trouvait là a accouru sur les lieux.

"J’ai couru jusqu’à l’immeuble (…). Il y avait des flics, des pompiers partout… J’ai tout de suite pensé: «Non, mon fils n’est pas tombé par accident». Elle s’est dit: «C’est mon jouet. Tu ne l’auras pas. Je préfère le jeter»… Elle savait qu’il était la prunelle de mes yeux…", a expliqué l'ex-compagnon au Parisien.

Le procès de la mère infanticide se tiendra jusqu'à vendredi 7. Le verdict sera énoncé ce jour là, elle risque la prison à perpétuité.

A lire aussi:

Alcoolisation fœtale: un bébé français naît chaque jour avec des troubles

Mort d'un bébé oublié dans une voiture en plein soleil par son grand-père

Colmar: un bébé de 17 mois hospitalisé après avoir avalé une boulette de cannabis

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La mère infanticide comparait devant la cour d'assises de Paris jusqu'à vendredi 7.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-