Prison pour l'absentéisme de ses enfants: une sanction extrême mais pas si rare

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Prison pour l'absentéisme de ses enfants: une sanction extrême mais pas si rare

Publié le 25/10/2017 à 18:13 - Mise à jour à 18:39
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Une mère de famille a été condamnée jeudi à six mois de prison avec sursis en raison de l'absentéisme de ses enfants. Une peine qui peut paraître extrême mais qui n'est pas si rare et sanctionne en réalité un manquement aux obligations parentales.

La sanction a défrayé la chronique. Une mère de famille de Condé-sur-l'Escaut, dans le Nord, a été condamnée jeudi 19 à six mois de prison avec sursis en raison des absences répétées à l'école de ses jumeaux de huit ans pendant l'année scolaire 2015-2016.

La sanction peut paraître lourde, mais elle aurait en théorie pu l'être bien plus, et n'est pas si rare. En effet, ce n'est pas directement l'absentéisme des enfants qui est sanctionné mais le manquement de la mère "à ses obligations légales au point de compromettre la santé, la sécurité, la moralité ou l'éducation" de ses enfants. Un délit qui peut être puni de deux ans d'emprisonnement (ferme cette fois) et de 30.000 euros d'amende.

Car outre l'absentéisme, c'est aussi son impact sur les enfants et les errements de la mère plusieurs fois rappelées à l'ordre qui ont été sanctionnés.

Ses enfants présentaient un taux d'absentéisme alarmant. A tel point qu'ils étaient "déboussolés" lorsqu'ils se présentaient en classe et avaient de gros retards d'apprentissage, rapporte Le Courrier Picard. La mère avait par ailleurs déjà été condamnée à des mesures éducatives et ne répondaient pas aux convocations, qu'elle a dit ne pas avoir reçu.

Ce type de sanctions, peu nombreuses, ne sont pourtant pas une exception. Après un tel cas très médiatisé en 2015, le procureur de la République de Valenciennes évoquait dans Le Monde "quatre à cinq condamnations de ce genre par an, ici, et je doute que Valenciennes soit une exception". Ce serait donc plusieurs dizaines ou centaines de parents qui seraient ainsi sanctionnés chaque année.

Il faut dire que selon les chiffres de l'Education nationale, 4,5% des quelque 4,5 millions d'élèves du second degré (collèges et lycées) seraient concernés par l'absentéisme, soit environ 200.000 d'entre eux. La notion d'absentéisme commence à partir de quatre demi-journées d’absence non justifiées par mois.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le manquement aux obligations parentales peut être puni de deux ans d'emprisonnement.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-