Prison de Fresnes: un "traitement inhumain ou dégradant", dénonce la contrôleure générale

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Prison de Fresnes: un "traitement inhumain ou dégradant", dénonce la contrôleure générale

Publié le 14/12/2016 à 08:38 - Mise à jour à 08:41
©Lionel Allorge/Wikimmedia Commons
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

La contrôleure des prisons, Adeline Hazan, a dénoncé ce mercredi dans une série de recommandations les conditions de vie "indignes" de la prison de Fresnes (Val-de-Marne). Pour elle, la "rénovation" de l'établissement, construit à la fin du XIXe siècle, est considérée comme une "urgence".

Surpopulation "inacceptable", invasion de rats, "usage banalisé de la violence" par les surveillants: la contrôleure des prisons, Adeline Hazan, a dénoncé ce mercredi 14 dans une série de recommandations les conditions de vie "indignes" de la prison de Fresnes (Val-de-Marne). Ces recommandations se basent sur une visite de deux semaines effectuée début octobre par des agents du contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL).

Ils ont relevé dans la maison d'arrêt pour hommes des "dysfonctionnements graves qui permettent de considérer que les conditions de vie des personnes détenues constituent un traitement inhumain ou dégradant", contraire à la Convention européenne des droits de l'homme. La "rénovation" de l'établissement, construit à la fin du XIXe siècle, est considérée comme une "urgence".

Selon le rapport, le taux d'occupation moyen atteint 188%, le nombre de détenus - près de 3.000 - a augmenté de plus de 52% en dix ans. Plus de la moitié vivent "à trois dans une cellule" standard d'environ 10m2, un tiers à deux, et seulement 13% sont seuls. Une situation "très en-deçà des normes fixées par le Comité européen pour la prévention de la torture", relève la contrôleure. L'hygiène de l'établissement est "désastreuse", selon ses services, avec des rats qui "évoluent en masse au pied des bâtiments". Le tribunal administratif de Melun avait déjà ordonné début octobre à l'Etat d'"intensifier" les actions de dératisation à Fresnes. En 2016, deux détenus y ont contracté la leptospirose, maladie potentiellement mortelle transmise par les rats.

Fresnes souffre par ailleurs d'un personnel en sous-effectif, composé d'environ "70% de stagiaires". Dans une prison où un seul surveillant a environ 120 détenus sous sa responsabilité, le respect de leurs droits fondamentaux est "structurellement impossible", argue la contrôleure. Soumis à un "climat de tension permanente", les surveillants ont développé "un usage banalisé de la force et des violences". A Fresnes, "la fouille à corps devient la règle et non l'exception" et le personnel peut placer "pendant de longues heures" les détenus dans des "salles d'attente" surnommées "placards", sans sanitaire ni point d'eau. Trois surveillants ont récemment fait l'objet de mesures disciplinaires, relèvent les contrôleurs.

En réponse à ces observations, le ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas a rappelé dans une lettre que le budget 2017 prévoit de lancer la construction de trois maisons d'arrêt en Ile-de-France pour désengorger les prisons. Il a aussi détaillé des travaux à venir l'an prochain, pour plus de 900.000 euros, pour lutter contre les rats.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Plus de la moitié des détenus vivent "à trois dans une cellule" standard d'environ 10m2.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-