Prison de Valenciennes: ils soupçonnent le nouveau détenu d'être un violeur, ils lui brisent la mâchoire pendant la promenade

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Prison de Valenciennes: ils soupçonnent le nouveau détenu d'être un violeur, ils lui brisent la mâchoire pendant la promenade

Publié le 23/07/2017 à 11:43 - Mise à jour à 11:55
©Rennett Stowe/Flickr
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Deux hommes viennent d'être condamnés par un tribunal de Valenciennes pour avoir brisé la mâchoire d'un autre détenu, rapporte "La Voix du Nord". La victime était soupçonnée par ses agresseurs d'être un "pointeur", à savoir un violeur, un profil souvent victime d'agressions dans les établissements pénitentiaires.

C'est un procès rare que rapporte ce dimanche 23 le quotidien local La Voix du Nord. Deux individus ont en effet été reconnus coupables par un tribunal de Valenciennes d'avoir agressé un autre homme en le rouant de coups. Or, dans ce cas précis, l'agression en question a été perpétrée sur un autre détenu au sein d'une prison, un cas qui se "règle" généralement au niveau des instances disciplinaires des autorités pénitentiaires. La cause de la bagarre? La victime était soupçonnée par ses agresseurs d'être un "pointeur", autrement dit un violeur.

Les faits remontent au 29 mai 2016. La victime vient en effet d'être incarcérée depuis deux jours à la maison d'arrêt de Valenciennes. Dans la cour de promenade, le nouveau détenu se fait aborder par un groupe, visiblement de cinq personnes, et menée par Mohammed Abdalla. Ce dernier exige de savoir les raisons de l'incarcération de la victime qui refuse de les dévoiler.

Peu après, la victime se promène en direction du mirador. Le groupe se redirige vers elle. En effet, ce que le "pointeur" présumé ne sait pas, c'est que cet endroit précis de la cour est un angle mort où l'on est invisible aux yeux des gardiens. Le lieu idéal pour un guet-apens. Et c'est effectivement ce qu'il va se passer.

La victime est frappée puis rouée de coups, le tribunal usant ouvertement du terme de "passage à tabac". Bilan de ce déchaînement de violence? Une double fracture de la mâchoire. Il faudra l'intervention d'un autre détenu, un Roumain, pour que le groupe daigne abandonner sa proie. La victime explique que l'homme lui "a sauvé la vie car ils auraient continué sinon". Aucun surveillant ne fera le moindre geste et les faits ne seront signalés qu'à la fin de la promenade.

Plus d'un an après les faits, ils sont cinq dans le box à répondre aux accusations. Problème: la victime ne reconnait formellement que Mohammed Abdalla, et "à 50%" Pierrick Pawlowski, un autre agresseur. L'homme roué de coups admet ne pas pouvoir se prononcer sur les trois autres. La lumière s'avère difficile à faire, les cinq accusés niant tous les faits et se renvoyant la balle. Seul Mohammed Abdalla, devant l'évidence, finira par admettre "une gifle".

Le tribunal a finalement condamné Mohammed Abdalla et Pierrick Pawlowski à deux ans de prison ferme. Les trois autres accusés ont été acquittés au bénéfice du doute. La victime, elle, a depuis les faits été remise en liberté.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


La victime a été rouée de coups à proximité du mirador, dans un angle mort.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-