"Repérages" au procès d'Abdelkader Merah: deux hommes interpellés

"Repérages" au procès d'Abdelkader Merah: deux hommes interpellés

Publié le 18/10/2017 à 18:15 - Mise à jour à 18:24
© Eric FEFERBERG / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Deux hommes soupçonnés d'avoir préparé un "crime ou une intrusion" lors du procès d' Abdelkader Merah, actuellement en cours à Paris, ont été interpellés ce mercredi. L'un d'eux aurait procédé à des repérages sur place. Selon "Le Point" qui révèle l'affaire, il serait lié à la filière djihadiste de la Butte-Chaumont.

Une tentative d'attentat lors du procès d' Abdelkader Merah a-t-elle été évitée? Il était trop tôt pour l'affirmer ce mercredi 18 en fin de journée, mais le manège d'un homme connu de la police autour du palais de justice a conduit ce mercredi à son interpellation, ainsi qu'à celle de son complice présumé, rapporte Le Point.

Selon l'hebdomadaire, le premier suspect est un homme d'une trentaine d'années qui traînerait un passif de vols avec violence, recel, trafic de stupéfiants. Le Point affirme également que cet individu aurait entretenu des relations avec la filière djihadiste de la Butte-Chaumont, dont ont notamment été membres les frères Kouachi, auteurs de l'attentat contre Charlie Hebdo.

Cette information a cependant été démenti par d'autres sources au cours de la journée, mais le magazine évoque une confirmation par la direction du renseignement de la préfecture de police. Elle est donc à prendre avec précaution avant toute confirmation officielle.

Radicalisé ou non, l'individu en question est en tout cas fortement soupçonné d'avoir procédé à des "repérages". Il aurait pour cela utilisé le badge d'un des salariés du palais de justice, ce qui lui aurait permis de tester les contrôles et les portiques de sécurité et de s'approcher de la cour d'assises. Mais ces comportements ont attiré l'œil des gendarmes chargés de la sécurité du procès.

Le suspect ainsi que l'employé qui aurait prêté son badge ont donc été interpellés à leur domicile respectif ce mercredi matin. Une enquête a été ouverte pour association de malfaiteurs en vue de la commission d'un crime ou un délit et intrusion non autorisée dans un monument classé, mais le chef d'accusation de terrorisme n'avait pas encore été retenu ce mercredi soir, signe que les motivations du suspect restaient à éclaircir.

En mars 2012, Mohamed Merah tuait au nom du djihad trois militaires, un enseignant et trois enfants d'une école juive avant d'être tué à son tour par la police: le procès de son frère Abdelkader, accusé de "complicité", s'est ouvert lundi devant les assises spéciales de Paris dans un climat tendu.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'homme aurait emprunté un badge de sécurité pour tester les contrôles autour de la cour d'assises.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-