Procès de Karl Rose: l'enfance du tueur d'Istres, entre soupçons d'inceste et manque d'amour

Procès de Karl Rose: l'enfance du tueur d'Istres, entre soupçons d'inceste et manque d'amour

Publié le 09/01/2017 à 19:34 - Mise à jour à 19:36
©Fayolle Pascal/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Le procès de Karl Rose, jeune homme désocialisé passionné par son ordinateur et les armes et qui a abattu trois inconnus en 2013, a débuté jeudi dernier. Ce lundi, l'enfance du tueur a été étudié par le tribunal.

"J'ai l'impression de lui avoir mis le fusil à l'épaule": la mère de Karl Rose, un jeune homme jugé pour avoir tué trois personnes au hasard à Istres (Bouches-du-Rhône) en 2013, a dit ce lundi 9 se sentir "responsable de ne pas avoir su élever son fils". "Je fais partie du passage à l'acte. (Pour les armes,) je savais, j'avais découvert", explique la mère de l'accusé devant la cour d'assises des Bouches-du-Rhône, à Aix-en-Provence, en sanglotant: "J'ai l'impression de lui avoir mis le fusil à l'épaule. Je suis responsable parce que je suis sa mère et qu'une mère, ça doit réagir".

S'adressant aux familles de Serge Shorjian, Patrice Martinez et Pierre Tanneux, que son fils a abattus sans raison le 25 avril 2013 avec une Kalachnikov qu'il avait achetée sur internet et lui-même remise en état, elle fait part de ses regrets: "Je suis navrée, je sais très bien que ce n'est pas suffisant. Je peux faire quoi ? Je ne peux pas remonter le temps".

Elle explique encore avoir reproduit un schéma familial, ayant été elle-même élevée sans amour: "Mon fils a enduré ce que moi-même j'avais subi. Peut-être même en pire (...) j'ai été élevée comme une corvée et j'ai un peu élevé mon fils pareil". "Je ne lui ai même pas donné ce que j'ai eu, c'est-à-dire pas grand chose. C'est sûr, il n'a pas manqué de jouets ou d'habits... Mais je parle du principal, ce avec quoi on se construit", poursuit-elle. "T'as vraiment une case de vide, tu parles de toi, de toi... Ta gueule", l'interrompt son fils, sur un ton cassant.

Evoquant les accusations d'inceste que porte Karl Rose contre son père, elle dit avoir "plus que des doutes", mais ne peut "rien affirmer". Dès le début du procès, Karl Rose avait mis en avant "les séquestrations" de sa mère et les "saloperies" de son père pour expliquer sa "haine des adultes" et son passage à l'acte.

Le père, lui, dément tout inceste. Devant la cour, il revient sur des images pédopornographiques retrouvées sur son ordinateur: "un service" rendu à "un pauvre monsieur" lorsqu'il était gardien d'immeuble, assure-t-il. Il avait pourtant expliqué au juge d'instruction qu'il était difficile de savoir si les filles étaient majeures ou mineures sur les images, rappelle Thierry Ospital, un des avocats de son fils.

Gilles Rose, qui a reconnu à la barre "avoir pris de la drogue et braqué des dealers" dans un lointain passé, explique également avoir pris les intentions homicides de son fils pour "de la provocation". "Si j'avais eu une boule de cristal, c'est peut-être moi qui l'aurait tué", jure-t-il.

Un peu plus tôt, c'est un jeune homme de 28 ans, qui vient de finir un BTS en informatique, qui évoque sa relation avec Karl Rose -- qui l'avait décrit comme son seul ami. Nicolas Mallet raconte leur rencontre via des jeux en ligne, et comment il était devenu son confident via Skype, jusqu'à prendre "une place démesurée" dans sa vie.

Karl Rose avait reçu un appel de Nicolas Mallet peu après les faits, le 25 avril 2013 après-midi, alors qu'il était en garde à vue. Il avait immédiatement raconté aux enquêteurs que son "ami" parisien avait l'intention de commettre un attentat. Nicolas Mallet s'était fait interpeller très rapidement par les forces de l'ordre, en bas de chez lui. Après une enquête poussée, il avait été mis hors de cause.

Interrogé par le président Pascal Guichard, il a reconnu que Karl Rose lui avait fait part "de ses envies de meurtres". "Il se rêvait comme une sorte de Rambo, comme un tueur de masse, il voulait faire souffrir en général", raconte-t-il, tout en minimisant l'importance de ces discussions dans leur relation. "Sur le total de nos conversations, ça faisait moins de 5%".

Trois semaines avant les faits, Karl Rose lui avait également assuré avoir "tué un gitan et enterré son corps avec de la chaux". "J'ai fait une recherche Google, j'ai rien trouvé. (...) Je ne sais toujours pas si c'est vrai". Le procès doit s'achever en fin de semaine.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La mère de Karl Rose, un jeune homme jugé pour avoir tué trois personnes au hasard à Istres (Bouches-du-Rhône) en 2013, a dit ce lundi 9 se sentir "responsable de ne pas avoir su élever son fils".

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-