Procès du Carlton: relaxe quasi générale pour DSK et l'ensemble des prévenus

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Procès du Carlton: relaxe quasi générale pour DSK et l'ensemble des prévenus

Publié le 12/06/2015 à 13:15
©Gonzalo Fuentes/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): JmC
-A +A

On s'y attendait, après les réquisitions du parquet en février: après quatre mois de délibéré dans le procès du Carlton de Lille, le tribunal a relaxé vendredi Dominique Strauss-Kahn des accusations de proxénétisme aggravé.

Sans surprise, le tribunal correctionnel de Lille a relaxé vendredi Dominique Strauss-Kahn dans le procès du Carlton, pour lequel l'ancien ministre et ancien directeur du Fonds monétaire international était poursuivi pour proxénétisme aggravé.

Cette décision des juges est conforme aux réquisitions du Parquet, prononcées à l'issue des trois semaines de procès du 2 au 20 février.

DSK, 66 ans, n'avait cessé d'affirmer lors de ce procès que les nombreuses rencontres qu'il a eues avec des prostituées étaient des "soirées libertines" et qu'il ignorait que les jeunes femmes étaient rémunérées pour ces soirées.

L'ensemble des prévenus ont également été relaxés, y compris Dominique Alderweireld, plus connu sous le nom de "Dodo la Saumure", accusé d'avoir fourni en prostituées DSK et ses amis et pour lequel le parquet avait réclamé deux ans de prison (dont un avec sursis) et 10.000 euros d'amende. Sa compagne Béatrice Legrain a également été relaxée.

Seul René Kojfer, 73 ans, ancien responsable des relations publiques du Carlton, ami de longue date de Dodo la Saumure, a été condamné à un an de prison avec sursis.

Dominique Strauss-Kahn, présent à la barre du tribunal à l'énoncé du verdict, n'a montré aucune émotion apparente quand le président du tribunal, Bernard Lemaire, a annoncé sa relaxe. "On ne peut pas lui imputer un rôle d'instigateur" dans cette affaire de proxénétisme, a dit le juge, estimant que l'ancien ministre avait "eu un comportement de client non répréhensible par la loi pénale".

Il suivi les réquisitions du parquet qui, en février, avait estimé que "ni l'information judiciaire ni l'audience" n'avaient permis d'établir les faits de proxénétisme reprochés à Dominique Strauss-Kahn.

 

 

Auteur(s): JmC

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




DSK quittant son domicile parisien vendredi 12 pour se rendre au tribunal de Lille.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-