Procès Fiona: le témoignage d'une médium créé la surprise

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Procès Fiona: le témoignage d'une médium créé la surprise

Publié le 16/11/2016 à 20:38 - Mise à jour à 20:49
©Damien Meyer/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

La troisième journée du procès de la mère de Fiona et de son ex-compagnon a été bousculée par le témoignage surréaliste d'une médium. Selon ses déclarations, la petite fille lui aurait donné des indices et indiqué le lieu de sa sépulture.

Un témoin-surprise a bousculé ce mercredi 16 le déroulé de la troisième journée du procès de la mère de Fiona et de son ex-compagnon, qui a viré à la mauvaise comédie lors qu'il s'est révélé être un médium. Vers 17h30, une petite femme brune de 47 ans s'approche de la barre de la Cour d'assises du Puy-de-Dôme et lâche ses premiers mots: "Je suis médium, radiesthésiste et la petite Fiona m'a contactée au début de l'affaire".

Stupeur de la salle qui comprend le peu de crédit à porter à ce témoignage, qui avait fait naître de brefs espoirs. Vêtue d'un blouson en cuir marron, "Julietta" affirme que la fillette lui donné des indices - "croix, pierre rectangulaire, ficelles bleues et rouges" - et indiqué le lieu de sa sépulture "près de l'autre lac, pas celui d'Aydat" où les fouilles se sont concentrées. Fiona "m'a dit qu'elle avait touché de la drogue et (que sa mère et son ancien compagnon) l'avaient frappée. Elle m'a parlé des lieux" où elle aurait été ensevelie, a ajouté la radiesthésiste.

Elle ajoute s'être elle-même rendue sur place en 2013 avec son mari, puis avoir donné des éléments à la police judiciaire, qui lui a répondu au téléphone d'arrêter "de les faire ch...". "Je n'avais pas envie d'être médiatisée. Si je le fais, c'est pour la petite Fiona", a encore dit la médium, avant de s'effondrer d'un coup et d'être transportée hors de la salle par les pompiers.

Ce premier rebondissement du procès de l'affaire Fiona est survenu à la mi-journée quand l'avocate des parties civile Marie Grimaud, qui représente l'association Innocence en danger, informe la cour avoir reçu dans la nuit un témoignage, qu'elle juge crédible, sur l'endroit où pourrait avoir été enterrée la fillette disparue.

Coup médiatique d'une avocate qui cherche à tirer la couverture à elle? L'intéressée se défend. "Les photos n'étaient pas datées. Elles pouvaient correspondre à des déclarations et c'est en parfait accord avec l'avocat général et le président de la cour d'assises qu'il a été décidé de procéder à l'audition de ce témoin", a-t-elle glissé devant les journalistes. "On se doit de transmettre l'ensemble des informations dont nous sommes destinataires. Il appartient au président - et non à l'avocat - de dire si le témoignage doit être apporté devant la cour d'assises", a encore renchéri celle qui n'a pas non plus hésité à s'en prendre à la témoin.

"Vous avez fait perdre à une cour d'assises plusieurs heures. Vous entravez la justice et vous faites perdre du temps!", a-t-elle fulminé en s'adressant directement à celle qui indiquera pourtant à son retour à la barre que Me Grimaud "était au courant qu'elle était médium". Le ton devient alors houleux et les autres avocats n'hésitent pas à critiquer leur consoeur. "Je suis révoltée de cette situation qu'on nous impose. On aurait pu amener ce témoignage de manière plus discrète et prudente", s'indigne Me Mohamed Khanifar, avocat de Berkane Makhlouf.

"La cour a été prise en otage (...) Au bout de trois ans et demi de procédure, l'avocat se doit d'être prudent, de vérifier qu’on n'est pas face à une information délirante. C'était le cas, nous l'avons tous subi", a asséné à son tour l'avocat de la mère de la fillette, Me Renaud Portejoie. L'avocat général a indiqué qu'il verrait avec le parquet général des suites à donner à ce couac, avant de faire savoir qu'une co-détenue de Cécile Bourgeon souhaitait être également entendue.

Le sera-t-elle au vue d'une journée où l'institution judiciaire n'est pas sortie grandie? Rien n'est moins sûr. Le procès continue jeudi avec l'examen des faits.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Ce premier rebondissement du procès de l'affaire Fiona est survenu à la mi-journée.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-