Propos islamophobes à Tremblay, les excuses du restaurateur ne règlent pas tout

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Propos islamophobes à Tremblay, les excuses du restaurateur ne règlent pas tout

Publié le 29/08/2016 à 11:32 - Mise à jour à 11:58
©Frederick Florin/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le restaurateur qui a tenu des propos islamophobes envers deux clientes s'est excusé auprès d'elles et de la communauté musulmane dimanche. Des excuses bienvenues pour certains, mais qui ne suffisent pas à désamorcer la polémique ni à remettre en cause les éventuelles suites judiciaires.

L'affaire du restaurateur filmé en train de tenir des propos islamophobes envers deux femmes voilées qui se trouvaient dans son établissement de Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis) a provoqué dimanche et ce lundi 29 de vives réactions aussi bien de la communauté musulmane locale, des associations, des politiques ainsi que de la justice. Les excuses publiques de l'homme semblent, à défaut d'avoir mis fin à la polémique, au moins limiter ses conséquences.

Sur la vidéo publiée dimanche, on entend l'homme dire, entre autres amalgames: "Les terroristes sont musulmans. Tous les musulmans sont des terroristes". Ce qui a bien sûr suscité de nombreuses réactions scandalisées. Plusieurs jeunes musulmans se sont rendus devant le restaurant surveillé par des policiers rapporte Le Parisien .

La discussion, passionnée sans être agressive, a pu s'engager avec le restaurateur. Les jeunes gens de lui faire remarquer qu'ils ne lui avaient jamais posé de problème. Que s'ils étaient "tous des terroristes", la discussion serait tout autre. Mal à l'aise, le restaurateur dit avoir "pété un plomb", évoquant le climat général, les images de tueries commises par des personnes dont "on nous dit qu'ils sont musulmans".  Des excuses qu'il réitérera devant les caméras.

Si aucun incident n'est à déplorer, la polémique n'est pas éteinte et le restaurateur et sa famille ont préféré quitté temporairement leur domicile situé au-dessus de l'établissement. Difficile également pour les habitants d'évaluer la sincérité de ces excuses.

Le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) a de son côté appelé sur son compte Facebook à notamment "ruiner la réputation de ce restaurant sur tous les espaces en ligne où il est listé. Les consommateurs doivent être dûment informés de telles pratiques", mais à ne "surtout pas" agir sur place.

Dans le monde politique, la principale réaction est venue de la ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes Laurence Rossignol qui a indiqué avoir saisi la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme et l'antisémitisme (Dilcra). 

Du côté du parti Les Républicains, son président par intérim Laurent Wauquiez a condamné des propos "indignes" de la part du restaurateur, précisant qu'il était "à son honneur" d'avoir présenté ses excuses.

Dans un communiqué, le conseiller régional et président du groupe FN en Ile-de-France Wallerand de Saint-Just a déclaré "on ne peut que désapprouver l'attitude de ce professionnel", mais ajoutant que "le port d'un vêtement assimilant à une confession, notamment à la confession musulmane, est de nature à crée des incidents qui peuvent être graves".

Le maire de Tremblay-en-France, François Asensi, a fait part de son intention de saisir le procureur de la République ce lundi. Dénonçant "un amalgame inacceptable entre les terroristes et les musulmans", il dit également compter "sur l'esprit d'apaisement de chacun".

Les deux femmes ont fait part de leur intention de porter plainte. Le parquet de Bobigny a décidé d'ouvrir une enquête pour "discrimination à caractère racial".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le parquet de Bobigny a décidé d'ouvrir une enquête pour "discrimination à caractère racial".

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-