Prostitution dans un salon de massage: un journaliste et un ex-footballeur convoqués par la justice

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 03 juillet 2019
Mis à jour le 03 juillet 2019
Image
La police a lancé un appel à témoins après la disparition "inquiétante" de deux lycéennes de l'agglomération lyonnaise
Crédits
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP/Archives
Les deux suspects sont convoqués par la justice après le démantèlement par la police d'un salon de prostitution.
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP/Archives

Selon le magazine Le Point, un journaliste de radio et de télévision et un ancien footballeur, fraîchement retraité, sont convoqués par la justice dans l'enquête sur un réseau de prostitution démantelé dans un établissement de massage au coeur de Paris.

Les noms ne sont pas connus mais les suspects seraient deux personnalités connues dans leur milieu. Un journaliste de radio et de télévision et un ancien footballeur professionnel, à la retraite depuis peu, sont convoqués par la justice comme le dévoile ce mercredi 3 le magazine Le Point. Ils sont soupçonnés dans une affaire de prostitution dans le milieu des "salons de massage".

Les policiers avaient démantelé en effet un réseau de prostitution où de jeunes hommes proposaient des services sexuels tarifés sous couvert de prestation de bien-être. Le gérant de l’établissement –qui se trouve dans le très huppé quartier de la Madeleine (8e arrondissement)- a été arrêté et mis en examen après l’ouverture d’une enquête pour "proxénétisme aggravé", "tenue d'un établissement de prostitution" et "travail dissimulé".

Cependant, les premières auditions ont permis de mettre des noms sur plusieurs autres suspects (qui restent présumées innocents) dont ces deux "personnalités" qui, a priori, semblent convoquées pour avoir été clientes de l’établissement.

Lire aussi: Applications, réseaux sociaux: un rapport dénonce l'essor de la "prostitution 2.0"

Pour rappel, depuis la loi du 13 avril 2016, l’achat d’un acte sexuel est prohibé par la loi et punissable d’une amende de cinquième catégorie de 1.500 (3.750 euros en cas de récidive). Une peine de trois ans de prison est prévue si la personne qui se prostitue est mineure.

Voir aussi:

Prostitution: six mois de prison avec sursis en Belgique pour le gérant d'un site décrié

La loi prostitution devant le Conseil constitutionnel mardi