Prostitution: un faux site pour montrer l'envers du décor aux clients

Prostitution: un faux site pour montrer l'envers du décor aux clients

Publié le 22/09/2016 à 14:46 - Mise à jour à 14:47
©Eric Gaillard/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

"Tu cherches à joindre Inès? Elle est morte, jetée d'un pont par son proxénète." Une association abolitionniste a tenté de sensibiliser des clients à "l'envers du décor" de la prostitution en les piégeant au printemps sur un faux site internet de call-girls.

Sur girlsofparadise.sex, dix femmes présentent leurs charmes sur fond noir et rose : "Femme fatale ou élève docile... je serai celle que vous souhaitez", prétend Vicky, 21 ans, en fait une comédienne engagée pour prendre des poses lascives.

Des numéros de téléphone portable sont disponibles pour contacter les prétendues call-girls. Mais ce sont des militantes du Mouvement du Nid, à l'origine de la campagne, qui prennent les appels. Un programme informatique répond aux sollicitations par "lovechat".

"Tu veux voir d'autres photos ?", propose la messagerie. Apparaissent alors des clichés de jeunes femmes défigurées. Puis un texte, dur : "Le corps de Julia, calciné, entaillé et massacré au poing américain a été retrouvé aux abords du Bois de Boulogne. Assassinée par un client."

Tous les drames contés sur girlsofparadise.sex reposent sur des faits réels, affirme le Mouvement du Nid, très actif dans le vote en avril de la loi sur la prostitution, dont la pénalisation du client constitue la mesure phare. "L'objectif était de montrer un peu l'envers du décor", explique à l'AFP Claire Quidet, sa porte-parole.

La prostitution en ligne, qui apparaît beaucoup plus "aseptisée" et "glamour" que celle de rue, n'est en fait "pas aussi belle en réalité" car "si la prise de contact diffère, les risques, les violences subies restent les mêmes", remarque-t-elle. "S'il n'y avait pas autant d'argent dépensé par les clients, l'industrie ne ferait pas autant d'argent et tous ces sites et réseaux ne seraient pas mis en place", observe encore Mme Quidet.

De fait, girlsofparadise.sex a connu un réel succès lors de sa mise en ligne: 600 appels dès la première semaine, au printemps dernier. Le site, toujours visible, a ensuite été rapidement désactivé. Environ 4.000 messages lui ont été envoyés par des gens piégés.

"On a entendu des gazouillis d'enfants, des hommes qui cherchaient à contacter une prostituée tout en endormant leurs bébés. D'autres qui raccrochaient parce que leurs femmes s'approchaient. Elles étaient dans la pièce d'à côté", raconte Anne-Marie, militante du Nid, qui a répondu aux appels.

"Quand on leur expliquait que la prostituée qu'ils cherchaient à rencontrer était morte ou blessée, ils étaient navrés, s'excusaient. Mais ils étaient inconscients de faire partie d'un système violent. Et il n'y avait aucune remise en question de leur part", poursuit-elle. Depuis avril, les clients en France sont passibles d'une amende de 1.500 euros, pouvant grimper à 3.750 euros en cas de récidive.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Une association abolitionniste a tenté de sensibiliser des clients à "l'envers du décor" de la prostitution en les piégeant au printemps sur un faux site internet de call-girls.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-