Pyrénées-Atlantiques: une femme enceinte retrouvée morte, ligotée et battue à son domicile [MAJ]

Pyrénées-Atlantiques: une femme enceinte retrouvée morte, ligotée et battue à son domicile [MAJ]

Publié le 14/09/2017 à 15:05 - Mise à jour à 16:32
©Philippe Huguen/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Une femme enceinte a été retrouvée morte par son mari à leur domicile de Ustaritz, dans les Pyrénées-Atlantiques, mercredi. Pieds et poings liés, elle avait le visage tuméfié. Une enquête a été ouverte. [Mise à jour à 16h32 avec les nouveaux éléments de l'enquête]

Un homme a fait une découverte glaçante mercredi 13 à son domicile de la commune d'Ustaritz, dans les Pyrénées-Atlantiques à une vingtaine de kilomètres au sud de Bayonne. Alors qu'il rentrait chez lui mercredi soir, il a découvert le corps sans vie de sa femme.

La victime était enceinte "à un stade avancé" selon le quotidien local Sud Ouest. Lorsque son cadavre a été découvert, elle avait les pieds et les poings liés, le visage tuméfié, les yeux bandés et était totalement dévêtue. Et la victime a dû être battue violement car selon une source proche de l'enquête contactée par LCI, il semblerait qu'elle "soit décédée des suites des coups qui lui ont été portés". C'est son conjoint qui a contacté les forces de l'ordre peu avant 22h, selon France Bleu Pays Basque.

En état de choc, l'homme a été pris en charge par le Samu tandis que l'enquête était confiée à la section de recherches de la gendarmerie de Pau qui devra travailler conjointement avec la brigade de gendarmerie d'Espelette. Les traces de sang retrouvées sur les lieux devront être analysées pour définir à qui elles pourraient appartenir et tenter d'identifier un ou des suspects.

Ce jeudi 14, "aucune piste n'est privilégiée" et le lieu du drame, situé chemin Sainte-Barbe, est "sous haute surveillance". L'avant et l'arrière du jardin sont entourés de cordons de sécurité et le peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie de Bayonne (PSIG) est chargé de garder le domicile de la victime.

[Mise à jour à 16h32] De nouveaux éléments de l'enquête ont été dévoilés par la presse locale. La victime serait ainsi une très jeune femme de 22 ou 23 ans, selon les sources. On a également appris qu'elle était enceinte de huit mois au moment de sa mort.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La Section de recherches de la gendarmerie de Pau devra résoudre l'enquête.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-