Quasi-saturé, le camp de migrants de Grande-Synthe frappé par le froid

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Quasi-saturé, le camp de migrants de Grande-Synthe frappé par le froid

Publié le 19/01/2017 à 13:39
©Denis Charlet/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Mains encore engourdies, Fajr, emmitouflé dans deux couvertures, remet du bois dans le poêle d'une cuisine communautaire: comme lui, des dizaines de réfugiés ont encore dormi dans cet abri du camp de migrants de Grande-Synthe, saturé.

Faute de place dans les cabanons officiel dans le camp de Grande-Synthe, près de 100 personnes ont dû se réfugier mercredi 18 dans l'un de ces lieux de vie, initialement destinés à cuisiner mais transformés depuis plusieurs semaines en dortoirs d'urgence. "J'ai essayé d'aller dans un cabanon, mais on m'a dit qu'il n'y avait plus de place. C'est dur le froid ici, plus qu'en Iran...", soupire cet exilé iranien quadragénaire arrivé début janvier et qui rêve de rejoindre son frère en Grande-Bretagne.

Avant de tenter prochainement sa chance en se cachant dans un camion, moyennant versement d'une somme "importante" à l'un des nombreux passeurs qui gangrènent le camp - "les prix ont augmenté car la police est partout" -, Fajr est venu s'y reposer quelques jours.

Autour de lui: une trentaine de migrants enveloppés dans des couvertures bigarrées, installés près du poêle central. Le thermomètre extérieur affiche -4°C, l'air glacé s'infiltre, malgré les draps et bâches censés colmater les entrées. Des bénévoles apportent le bois nécessaire.

"Les gens qui dorment dans les cuisines sont souvent là de manière transitoire avant de tenter de passer en Grande-Bretagne (...) ils viennent chercher quelques heures de sommeil avant de partir", explique à l'AFP le directeur du camp Hervé Desvergne de l'association gestionnaire Aféji, désignée par l'Etat. "Même si on n'accepte plus personne dans le camp, on ferme les yeux pour ceux qui dorment là, car c'est une question morale: je ne peux pas accepter l'idée de mettre des gens dehors par ce froid", poursuit-il.

Bien que la mairie et la direction du camp réfutent toute "saturation" du camp, la densité a indéniablement augmenté depuis la création de ce premier site humanitaire aux normes internationales en mars 2016, d'une capacité initiale de 1.500 places réparties dans 400 chalets en bois de 6m2.

La population s'était stabilisée, avant de décroître fortement, à 720 début octobre. Les chalets inoccupés avaient alors été retirés. Il n'en reste désormais plus que 291, mais, à la suite notamment du démantèlement de la "Jungle" de Calais et de nouveaux flux, elle atteint aujourd'hui quelque 1.200 migrants. Ils sont parfois 4 à 5 à dormir dans les cabanons, contre 2 à la création.

Depuis ses origines, le camp reste majoritairement peuplé de Kurdes mais de nouvelles populations, notamment des Afghans, ont commencé à frapper à ses portes dès octobre. Des tensions entre communautés éclatent parfois, dont une bagarre générale avec les forces de l'ordre le 27 décembre. "Les rixes nocturnes et les conflits commerciaux ont toujours eu lieu. Mais la promiscuité n'arrange pas les choses", avoue M. Desvergne, précisant cependant que ces incidents restent "peu fréquents".

Consciente des difficultés, la mairie, qui rappelle que le site "n'a pas vocation à rester définitivement", se dit fière de ce "camp humanitaire dont la fonction première est l'hospitalité". Ce premier hiver est donc considéré comme un véritable test: dans un contexte politique où la thématique migratoire reste centrale, "la moindre intoxication au monoxyde de carbone est scrutée depuis le ministère", s'étonne une source proche du dossier. Une vingtaine de personnes ont dû être hospitalisées ces derniers jours pour ces raisons.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


La population s'était stabilisée, avant de décroître fortement, à 720 début octobre.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-