Rapt de Jacqueline Veyrac: l'ancien gérant de "La Réserve" soupçonné d'être le commanditaire

Rapt de Jacqueline Veyrac: l'ancien gérant de "La Réserve" soupçonné d'être le commanditaire

Publié le 28/10/2016 à 12:19 - Mise à jour à 12:22
©Pol Emile/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Les enquêteurs pensent avoir identifié le commanditaire de l'enlèvement de Jacqueline Veyrac à Nice (Alpes-Maritimes). L'ancien gérant locataire du restaurant la Réserve, propriété de la septuagénaire. Huit personnes ont été placées en garde à vue.

L'ancien gérant locataire du restaurant la Réserve, propriété de Jacqueline Veyrac, la riche hôtelière enlevée à Nice et retrouvée saine et sauve 48 heures plus tard, est soupçonné d'être le commanditaire de l'enlèvement, a-t-on appris de source proche de l'enquête.

"Les vérifications sont en cours", a indiqué cette source à l'AFP confirmant une information du Parisien. L'ancien gérant a été interpellé et placé en garde à vue ainsi que 7 autres personnes dans le cadre de l'enquête sur l'enlèvement, lundi 24 à Nice, de Mme Veyrac, 76 ans, propriétaire d'un grand hôtel de luxe à Cannes et retrouvée saine et sauve mercredi 26.

Les huit gardés à vue étaient entendus par la police tandis que les supputations allaient bon train sur cette affaire hors norme impliquant une dame de 76 ans, à l'agenda bien rempli mais pratiquement anonyme jusqu'à son enlèvement en plein jour devant son garage lundi 24 à midi à Nice. Dans l'immédiat, la justice comme la police communiquent à minima pour ne pas compromettre l'enquête sur cet enlèvement "parfaitement organisé et prévu à l'avance", selon le procureur de la République, Jean-Michel Prêtre qui a ouvert l'enquête pour enlèvement et séquestration en bande organisée.

De même, l'avocate de la famille, Me Sophie Jonquet, dont le cabinet jouxte celui de l'une des deux filles de Mme Veyrac, a indiqué par communiqué que "la famille Veyrac n'entendait faire aucune déclaration sur les faits douloureux auxquels elle a dû faire face". "Ce sont des gens qui vivent normalement et entendent retrouver leur anonymat", a-t-elle ajouté à l'AFP, sans dire où et comment Mme Veyrac avait passé sa première journée de liberté.

Jacqueline Veyrac est très proche de son fils cadet, Gérard, 44 ans, à la tête du Grand Hôtel de Cannes, un palace de la Croisette, et du célèbre restaurant de Nice, La Réserve. Décrite comme unie et classique - logement bourgeois, écoles privées, bonnes études -, la famille Veyrac n'a jamais fait étalage de son imposant patrimoine. Cet héritage était devenu source de tensions et de contentieux devant les tribunaux depuis le décès en 2002 de M. Veyrac père. A la différence du Negresco qui a gardé sa façade Belle Epoque classée, M. Veyrac avait dynamité le Grand Hôtel et reconstruit à neuf sur onze étages dans un pur style années 1960. Après sa mort, l'établissement a été rénové par Mme Veyrac. En plus de son activité hôtelière, Mme Veyrac avait aussi investi dans l'immobilier.

Enlevée lundi puis libérée mercredi 26 grâce à la curiosité d'un voisin de l'endroit où stationnait le Kangoo blanc ayant servi à l'enlèvement, elle a été retrouvée allongée sur le plancher du véhicule et entravée. Savoir qui s'est occupé d'elle pendant ses 48 heures de séquestration est crucial pour identifier les exécutants mais l'enquête cherche aussi à déterminer "pourquoi tout çà et qui est le commanditaire", avait souligné mercredi soir M. Prêtre. "On est à la fin d'un drame, mais l'affaire continue", avait-il ajouté, évoquant "une enquête de police qui a pris une ampleur considérable avec des moyens techniques qui devraient apporter des résultats très bientôt".

Le procureur avait qualifié l'affaire de "complexe", "exceptionnelle" et "mystérieuse", soulignant que cet enlèvement n'avait rien à voir avec les kidnappings contre rançon qui peuvent exister dans des pays de l'Est ou d'Amérique latine. "On n'est pas dans cette situation. Il y a quelque chose qui reste en relation très personnelle avec la victime, cela reste l'hypothèse forte", avait-il dit. Mme Veyrac avait déjà été victime d'une tentative d'enlèvement non élucidée près de chez elle en 2013.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'ancien gérant locataire du restaurant la Réserve, propriété de Jacqueline Veyrac, la riche hôtelière enlevée à Nice et retrouvée saine et sauve 48 heures plus tard, est soupçonné d'être le commanditaire de l'enlèvement.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-