Recel de 271 œuvres de Picasso: le procès en appel a commencé

Recel de 271 œuvres de Picasso: le procès en appel a commencé

Publié le 31/10/2016 à 10:10 - Mise à jour à 10:13
©Boris Horvat/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Accusés d’avoir conservé chez eux, 271 œuvres de Picasso pendant 40 ans, Pierre et Danièle Le Guennec comparaissent, ce lundi à Aix-en-Provence, en appel pour recel. Les prévenus encourent une peine maximale de cinq ans de prison et 375.000 euros d’amende.

Le procès en appel d'un ex-électricien, Pierre Le Guennec, et son épouse Danielle, condamnés en 2015 à deux ans de prison avec sursis pour le recel de 271 œuvres de Picasso, a débuté ce lundi 31 à Aix-en-Provence. La cour d'appel examine de nouveau l'affaire de ces retraités de Mouans-Sartoux (Alpes-Maritimes), qui avaient entreposé des oeuvres du maître durant quarante ans dans leur garage. M. et Mme Le Guennec ont été reconnus coupables en mars 2015 de "recel de biens provenant d'un vol" par le tribunal de Grasse.

L'électricien, qui avait travaillé pour Picasso entre 1970 et 1973, soutient que les 271 œuvres, qui datent de 1900 à 1932, empilées dans un carton durant quarante ans, sont un cadeau de Jacqueline Picasso, dernière épouse de l'artiste, offert en 1971 ou 1972 dans son mas de Mougins, en remerciement de leur dévouement. "On est des gens honnêtes", avait plaidé le couple en décidant de faire appel de leur condamnation.

Les oeuvres, non signées ni inventoriées au moment du décès du peintre en 1973, avaient refait surface lorsque M. Le Guennec s'était présenté à Claude Picasso afin d'en faire authentifier 180 ainsi qu'un carnet de 91 dessins. Les héritiers avaient aussitôt porté plainte. Durant le procès en première instance, les témoignages de proches et d'experts de Picasso ont tous convergé pour détruire la thèse d'un don. D'autant, ont fait valoir ses héritiers, que Pablo Picasso avait l'habitude de dédicacer et signer les oeuvres qu'il offrait et qu'il n'en donnait jamais une telle quantité.

L'enquête n'avait toutefois pas permis d'établir formellement l'identité de l'auteur du ou des vols. Le tribunal avait décidé de remettre les oeuvres au fils de l'artiste, Claude Ruiz-Picasso, représentant les six héritiers au procès. Le ministère public avait requis cinq ans de prison avec sursis à l'encontre du couple estimant que les époux septuagénaires avaient porté préjudice à "la confiance" et à "la mémoire" de Pablo Picasso. Pour le procureur Laurent Robert, Pierre le Guennec a été un pion manipulé par des marchands d'art véreux, tentant d'écouler des œuvres initialement volées par son cousin "Nounours", ex-chauffeur de Picasso. Le parquet avait également fait appel.

L'audience lundi devant la Cour d'appel est prévue sur une journée. Les prévenus encourent une peine maximale de cinq ans de prison et 375.000 euros d’amende ou la moitié de la valeur des biens recelés.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le couple a été condamné en première instance, en février 2015, à deux ans de prison avec sursis.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-