Recherché par l'hôpital psychiatrique, il était pendu dans son placard

Recherché par l'hôpital psychiatrique, il était pendu dans son placard

Publié le 08/05/2019 à 17:21 - Mise à jour à 17:24
© FRED DUFOUR / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Lundi 6, un homme de 37 ans signalé comme ayant disparu depuis huit jours de l'hpôpital psychiatrique a été retrouvé dans son placard, pendu. Le meuble était verrouillé de l'intérieur.

Il avait disparu depuis huit jours, mais il n’avait en réalité pas quitté sa chambre. Lundi, le patient d’un hôpital psychiatrique de Saint-Nazaire a été retrouvé pendu dans son placard. La thèse du suicide est largement privilégiée.

Il y a environ une semaine, l’homme de 37 ans qui devait pourtant sortir prochainement de l’hôpital psychiatrique avait été signalé comme manquant à l’appel. Le trentenaire a été inscrit au fichier des personnes recherchées, sa disparition étant jugée "inquiétante". Les premières recherches ne vont rien donner.

Mais lundi, la macabre découverte a été faite: dans la chambre du patient, le placard restait verrouillé alors que la clé était introuvable. C’est en ouvrant la porte que le corps du malheureux sera découvert, pendu à l’intérieur du meuble comme le rapporte la presse locale (voir ici).

Lire aussi: Trois infirmiers agressés au couteau dans un hôpital psychiatrique

Comme le confirme la procureure de la République de Saint-Nazaire, les clés du rangement ont été découverte à l’intérieur, ce qui laisse penser que le trentenaire s’est enfermé à l’intérieur avant de se donner la mort.

Une autopsie sera malgré tout réalisée pour confirmer cette version, et une enquête a été ouverte par le parquet. L’établissement psychiatrique a également ouvert une enquête interne pour comprendre pourquoi il a fallu attendre une semaine avant de rendre compte que l’homme avait commis l’irréparable dans les murs même de sa chambre.

Voir aussi:

Il abuse sexuellement de sa grand-mère, "aucune limite" selon le psychiatre

A l'hôpital psychiatrique Pinel, la crainte de la "déshumanisation" des soins

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'homme était interné en hôpital psychiatrique.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-