Paris: un homme blessé par balle en sortant d'un magasin du Xe arrondissement

Paris: un homme blessé par balle en sortant d'un magasin du Xe arrondissement

Publié le 03/03/2017 à 17:46 - Mise à jour à 17:55
©Bohac Yann/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un homme s'est fait tirer dessus alors qu'il quittait le magasin de scooters dans lequel il travaille, dans le XIe arrondissement de Paris, jeudi. Touché à la jambe, il est hors de danger.

La piste du règlement de comptes est privilégiée par les enquêteurs. Un homme a été blessé par balle alors qu'il quittait le magasin de scooters dans lequel il travaille, dans le XIe arrondissement de Paris. 

D'après les premières constations, l'auteur du coup de feu a attendu la victime, au niveau du milieu du boulevard du Temple, vers 19h. A l'instant où la victime, âgée de 42 ans, est sortie de la boutique, l'agresseur a tiré en direction de sa cuisse, avant de regagner son véhicule. Il a ensuite rejoint un complice, présent dans la voiture au moment des faits, et s'est enfui.

Touché à la cuisse, l’homme pris pour cible s’est réfugié en rampant à l’intérieur du magasin avant d’alerter les secours. Les sapeurs-pompiers sont intervenus rapidement pour prendre en charge le blessé en lui prodiguant les premiers soins dans la boutique avant de l'évacuer en urgence vers l'hôpital du Kremlin-Bicêtre. Il est désormais hors de danger.

Entendu par les policiers, le quadragénaire a indiqué ignorer l'identité de son agresseur. Pour l'heure, l'enquête a été confiée au 1er district de la police judiciaire. Le journal Le Parisien précise qu'un étui de cartouche de 9mm a été retrouvé sur le trottoir.

La "jambisation" est un moyen de règlement de comptes fréquent entre dealers. Le mode opératoire est simple: sans chercher à tuer, le tireur vise les membres inférieurs de sa cible, qui se retrouve avec des balles dans la cuisse ou le genou. Les raisons sont simples: le tireur échappe ainsi aux assises et donc aux peines les plus lourdes et cela permet de faire un exemple. "Un mec qui disparaît, au bout de 15 jours, on l'oublie. Alors que celui qui se trimballe dans la cité avec des béquilles ou en fauteuil roulant, c'est autre chose", précisait un policier en 2015.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Entendu par les policiers, le quadragénaire a indiqué ignorer l'identité de son agresseur.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-