Règlements de comptes à Marseille: déjà 21 morts depuis le début de l'année

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Règlements de comptes à Marseille: déjà 21 morts depuis le début de l'année

Publié le 03/09/2016 à 11:05 - Mise à jour à 11:07
©Eric Piermont/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Au total, 21 personnes ont déjà trouvé la mort depuis le début d'année à Marseille dans des règlements de comptes. Selon les autorités, la recrudescence de ces homicides serait due à la multiplication des opérations de démantèlement des réseaux de trafic de drogue, particulièrement implantés dans les cités des quartiers populaires de la ville.

Avec déjà au moins 21 victimes de règlements de comptes depuis le 1er janvier, Marseille et ses environs connaissent une année sanglante, sur fond de guerre entre clans rivaux ultraviolents, déstabilisés par les opérations de démantèlement des réseaux de trafic de drogue. "Ces règlements de comptes, on a beaucoup de mal à les prévenir, ça peut arriver n'importe où, n'importe quand", dit David-Olivier Reverdy, du syndicat de police Alliance. En un mois, ce sont au total au moins cinq personnes qui ont été tuées à Marseille et dans ses environs proches dans des affaires de ce type --et trois autres homicides par balle qui ont été dénombrés. Samedi au petit matin, un 8e homme depuis début août a été tué par balle sur le parking d'une discothèque .

L'épisode le plus spectaculaire de cette série avait eu lieu le 7 août, quand deux jeunes hommes sont tombés dans un guet-apens vers 10h, non loin du centre-ville: au volant de deux voitures, l'un est tué dans son véhicule et l'autre dans la rue, alors qu'il prend la fuite. Tous deux tombent sous les balles d'une kalachnikov, devenue le symbole de ces homicides sur fond de lutte entre clans liés au trafic de drogue.

"Marseille n'est pas à feu et à sang", tempère le préfet de police des Bouches-du-Rhône Laurent Nuñez. Si le nombre de victimes de règlements de compte dans le département a déjà dépassé le total de 2015 (19 morts) --passant de 13 l'an passé à ce stade de l'année à 21--, le nombre total d'homicides, lui, a chuté de 43 à 29 à fin août. Les autorités imputent la recrudescence des règlements de compte à la multiplication des opérations de démantèlement des réseaux de trafic de drogue, particulièrement implantés dans les cités des quartiers populaires de la ville.

"Le travail de la police et l'augmentation des règlements de compte ne sont pas contradictoires", résume aussi le sociologue Laurent Mucchielli, spécialiste des questions de délinquance. "Souvent, la police s'arrête au niveau local, au trafic d'un quartier, car remonter plus haut dans les filières est très coûteux en temps et en moyens. Or ces derniers temps, on est montés plus haut dans un certain nombre d'affaires --et lorsqu'on déstabilise le milieu, ça provoque une agitation et avec la concurrence exacerbée, cela peut entraîner des règlements de comptes en cascade", dit-il.

La rivalité entre les clans dits des "Blacks" et des "Gitans" remonte ainsi à la fin des années 2000. Mais elle s’est accélérée depuis quelques mois, notamment après le démantèlement d’un réseau appartenant aux "Blacks" dans une cité du nord de Marseille, explique-t-on de source proche de ces dossiers. Installés dans une cité voisine, les "Gitans" y ont vu une occasion de tenter de reprendre ou de faire disparaître ce point de vente concurrent. La guerre de territoires se double en outre de celle des clans et de la vendetta, notent également les observateurs. Deux rivalités majeures sont ainsi régulièrement évoquées comme étant à l'origine de nombreux règlements de comptes ces dernières années: outre celle des "Blacks" et des "Gitans", celle opposant le clan familial des Redmania à celui des Berrebouh-Tir.

Très souvent, les enquêteurs relient les victimes des derniers mois à l'une ou l'autre de ces équipes, qui utilisent parfois des balises GPS pour suivre leurs cibles: il ne s'agit plus uniquement de s'approprier un territoire, mais aussi de venger la mort de ses proches. "La police s'est beaucoup améliorée dans l'élucidation a posteriori. Dans une certaine mesure, cela permet de savoir qui risque d'être une future victime, mais il n'y a pas les outils juridiques pour protéger quelqu'un préventivement", souligne David-Olivier Reverdy.

Dans la population des quartiers Nord, la sénatrice PS et maire des 15e et 16e arrondissements de Marseille, Samia Ghali constate une "paranoïa", liée à la crainte d'une balle perdue: "on se tue n'importe où et n'importe comment, du coup on a peur des dégâts collatéraux (...) Il n'y a plus de limites, demain peut-être on touchera aux femmes, aux proches", dit-elle. "Ce n'est pas plus spectaculaire ni plus dramatique aujourd'hui qu'avant", nuance Laurent Mucchielli. "Il y a par exemple eu un pic au milieu des années 1980, où on a eu plus de 40 règlements de compte en un an".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Déjà 21 personnes ont trouvé la mort depuis le début d'année à Marseille dans des règlements de comptes.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-