Reims: il massacre sa mère adoptive à la serpe car elle avait "manqué à sa parole"

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 10 janvier 2017 - 16:26
Image
Police-menottes-Illustration
Crédits
©Victor/Flickr
La scène de crime était particulièrement épouvantable a confié Matthieu Bourrette, le procureur de la République de Reims ce mardi.
©Victor/Flickr
Un homme de 42 ans a été mis en examen à Reims ce mardi car il est accusé d'avoir assassiné de façon particulièrement violente sa mère adoptive dimanche.

L'agression a été d'une rare violence et selon les premiers éléments de l'enquête, le mobile de l'homicide est particulièrement futile. Un homme de 42 ans, au profil psychologique instable, a été mis en examen pour "assassinat" après le meurtre de sa mère adoptive dimanche 8, a annoncé ce mardi 10 le parquet de Reims. 

Le suspect placé en garde à vue, qui n’est autre que le fils adoptif de la victime, a reconnu "spontanément avoir tué sa mère" a expliqué Matthieu Bourrette, procureur de Reims lors d'une conférence de presse, précisant que le crime était "épouvantable". Selon les premiers éléments de l'enquête et les révélations du suspect, prénommé Farid, lors de sa garde à vue, Maria Salomon, la victime, devait lui téléphoner le 6 janvier dernier. Elle ne l'a pas fait et cela a provoqué chez lui une colère froide. Il en a fait une fixation et a décidé de la tuer. 

Dimanche, Farid s'est donc rendu chez Maria Salomon et le ton est rapidement monté. Le suspect a alors poussé sa victime qui a chuté avant de s'acharner sur elle avec une serpe. La victime a en effet souffert d'une importante fracture au crâne, avait plusieurs plaies aux bras, au thorax, aux épaules, aux genoux et sur le flanc droit.

Selon France 3 Champagne-Ardenne, des restes humains et du sang ont été retrouvés dans plusieurs pièces de la maison. L’autopsie (en cours ce mardi), devra vérifier si la victime a aussi reçu des sévices sexuels.

Ensuite il a nettoyé la maison, s'est restauré, a regardé la télévision avant de visiblement prendre conscience de son acte. C'est d'ailleurs pour ne pas se faire "disputer pour ce qu'il avait fait" qu'il est parti. Le corps a été découvert par un voisin.

Une information judiciaire a été ouverte pour "assassinat". 

 

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don